Archives pour la catégorie Gilles Grangier

L’âge ingrat – Gilles Grangier – 1964

18. L'âge ingrat - Gilles Grangier - 1964Le Nord chez les sudistes.

   5.0   Marie et Antoine, étudiants à la Sorbonne, décident de se marier. Le père du jeune homme, M. Lartigue (Fernandel), invite celui de la jeune fille, M. Malhouin (Jean Gabin), à venir passer les vacances dans sa propriété. Les Lartigue sont originaire du Var, les Malhouin de Normandie. Ils vont donc se retrouver à Saint-Mandrier sur mer. Le ton est d’abord chaleureux, entre vin rouge et pédalo, aïoli et accent chantant. Mais ça ne va pas durer. Et pas seulement à cause des moustiques et de la lourdeur de Fernandel. Le film, bien que franchouillard et rétrograde, est chouette à suivre, c’est une jolie comédie familiale, en partie pour le face-à-face inédit entre Gabin & Fernandel. Ils sont évidemment écrasants, leur petit affrontement volant la vedette au mariage de leurs enfants, et reléguant leurs femmes respectives au rang de figurantes, mais ce n’est pas une surprise. Comme lorsqu’il s’accapare Maigret ou réalise La cuisine au beurre (avec Bourvil & Fernandel) Grangier fait le job, sa mise en scène, classique, est fluide, efficace. Le film est par ailleurs produit par la Gafer, société de production fondée par, je vous le donne en mille : Gabin & Fernandel. Ce sera leur unique collaboration, si l’on excepte deux petits films où ils avaient partagés l’affiche dans les années 30.

Le désordre et la nuit – Gilles Grangier – 1958

16665752_10154429319352106_2514682031059926706_oLes amants traqués.

   6.0   J’ai souvent pensé que le problème des films avec Jean Gabin c’était Jean Gabin lui-même. Je n’avais probablement pas vu les bons films ou davantage ceux dans lesquels sa tendance à cabotiner m’exaspère. Ici c’est sans doute moins Gabin le problème que Michel Audiard qui de par son écriture de dialogue habituelle vient contaminer autant le récit, l’ambiance moite de cet étrange polar que la fragile complexité des personnages. Je pense que le film est beaucoup trop écrit et pas assez mis en scène, pourtant Grangier parvient parfois à faire passer des choses dans la boite de nuit, les appartements, les rues de Paris, quelque chose de très crépusculaire et désordonné qui trouve ses acmés dans sa construction indéterminée, qui peut faire succéder le visage en sueur d’un batteur de jazz noir à celui d’une jeune chanteuse droguée jusqu’à l’os, ou faire disparaître l’attendue noirceur mafieuse pour faire éclore la corruption bourgeoise et pharmaceutique, mais surtout zapper son enquête au profit d’une folle passion amoureuse. Si l’on compare ça aux films de Duvivier de la même époque, ça reste assez inégal dans l’ensemble, mais c’est une chouette découverte.

Maigret voit rouge – Gilles Grangier – 1963

Maigret voit rouge - Gilles Grangier - 1963 dans Gilles Grangier 1336485   5.5   Troisième et dernière incarnation au cinéma de Jules Maigret par Jean Gabin, dans un film cette fois-ci réalisé par Grangier (après un doublé Delannoy) qui s’avère peut-être un peu plus mécanique, un peu plus comme j’avais imaginé ces épisodes Maigret avant de m’y pencher. Néanmoins ça reste toujours aussi agréable à suivre. Gabin y est encore très bien. Et je suis ravi d’y voir Michel Constantin (malgré une post-synchro dégueu) quasi à ses débuts, trois ans après avoir campé Jo dans l’ultime film (et immense chef d’oeuvre) de Jacques Becker. Mais surtout aussi pour la sublime Françoise Fabian. Malgré le changement de réalisateur aux manettes, les trois volets se valent, en fin de compte.


Catégories

Archives

janvier 2021
L Ma Me J V S D
« déc    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche