Archives pour la catégorie Godfrey Reggio

Koyaanisqatsi – Godfrey Reggio – 1983

Koyaanisqatsi - Godfrey Reggio - 1983 dans 100 koypic

Prophecies.   

   9.3   Les premières images laissent apparaître une nature bienveillante, paysages désertiques et luxuriants que la musique de Philip Glass, alors encore très minimaliste, légère, accompagne chaleureusement. Les plans sont suffisamment longs et le temps accordé celui du réel pour que l’on assiste à quelque chose de l’ordre d’une naissance, le berceau d’une civilisation encore vide, désordonnée, édénique. Très vite, les plans, toujours centrés sur la nature, son immensité, sa magnificence, s’accélèrent minutieusement au rythme de la bande sonore. Effets d’ombres provoqués par les nuages, couchés de soleil, mutations des couleurs, impacts des vents sur le sable et l’océan, mers de nuages. Le temps accordé n’est plus celui du réel, il y a dors et déjà, et même si elle est très peu marquée, cette sensation de vitesse dont le film sera emprunt progressivement jusqu’à saturation. La nature est comme oppressée, terrifiée, elle est en passe d’être utilisée, différemment, violemment. Le premier lien humain que le film montre ne sera pas l’homme en lui-même justement mais une de ses créations, machines, en l’occurrence un bulldozer. Dès lors la nature sera toujours aussi présente mais transformée, au gré de l’évolution de l’homme. Une centrale dans un désert, le décollage d’une fusée, un champignon nucléaire, la destruction de vieux bâtiments. L’homme est partout, mais avant tout matérialisé par ce qu’il a crée ou ce qu’il détruit. Ce n’est que plus tard que l’on verra le cœur de la civilisation, routes bondées, gratte-ciel éclairés, rues piétonnes. Un défilé humain très organisé, mécanique, presque machinesque, que Godfrey Reggio, toujours dans cette optique d’accélération/répétition, intensifie aux yeux et à l’oreille. Tout devient gargantuesque, tellement fascinant d’absurdité qu’on y décèle une splendeur paradoxale. Un afflux de mouvements humains qui prend l’apparence soudaine d’un circuit imprimé, mais aussi un mélange de couleurs et de corps qui offrent à l’homme et ses créations une dimension incroyable. C’est aussi cela la beauté de ce film, de se porter témoin d’un impressionnant mouvement de foule, de bruits, de couleurs, jouant sur l’étendue, la profondeur de champ, tout en y révélant une beauté folle, illumination de l’aliénation, magie de l’absurde à son paroxysme, jusqu’à l’autodestruction et l’explosion de cette navette spatiale qui peu à peu, rejoint la terre pour y mourir. Nous ne sommes pas devant un film écologique didactique mais on entre dans une expérience éprouvante qui sait être inquiet sur le devenir de l’humanité (cf le sens du titre en langue Hopi) plongé en plein consumérisme de masse, désagrégeant les ressources terrestres, tout en érigeant de manière esthétique une laideur naturelle en somptuosité artificielle.

Powaqqatsi – Godfrey Reggio – 1988

Powaqqatsi - Godfrey Reggio - 1988 dans Godfrey Reggio powaqqatsi1047

Obscénité.    

   2.3   Quand il commence par filmer des corps en mouvement, le calvaire de ces corps, grimpant des masses rocheuses, s’échouant dans la boue, on se dit que l’on sort du cadre mystique et cosmique offert par Koyaanisqatsi. On se dit que ce deuxième opus sera un film sur le corps humain constamment au premier plan. L’accompagnement musical est le même : une composition de Philip Glass qui accompagne les images durant tout le film. A de rares instants nous entendrons le bruit de la nature, c’est déjà ce qu’il nous manquait dans Koyaanisqatsi, dans lequel ça ne gênait pas, l’envoûtement était tel que le film existait ainsi, avait sa personnalité : des images en musique. Problème est qu’ici les plans sont généralement très courts, il n’y a pas d’expérimentation temporelle offerte par l’image. Reggio est l’anti Benning. Quand ce dernier filmait des trains dans RR il les laissait entrer et sortir du champ, donnait une place importante à l’attente, toujours dans un dispositif d’apparition/disparition. Evidemment le dessein n’est pas le même chez Reggio, on pourrait se dire pourquoi pas, mais je me suis rendu compte que ça ne donnait rien, ça n’existait uniquement que dans un but esthétique. Quand il filme un train, Reggio ne le laisse ni apparaître ni disparaître. Il prend toute la durée du plan et sa forme varie étrangement, la rétine, avec la durée de ce plan, n’arrive plus à lui donner sa forme première. En plus des trains, Reggio filmera un peu de la circulation, des gratte-ciel, des chantiers, commençant son film dans la boue pour le terminer dans la poussière. Le plus gênant dans Powaqqatsi c’est le temps offert aux grands plans sur des trognes. Des visages d’enfants du tiers-monde essentiellement, montrant l’impact de l’évolution des sociétés développées sur celles en voie de développement, montrant le calvaire enduré par certain pour que d’autres en profitent, la survie d’un côté, la vie de l’autre. C’est fait sans pincettes, c’est assez vite insupportable. Ajouté à cela des plans inutiles à l’envers, de côté, des flous artistiques, des reflets à travers des fleuves ou des flaques, des ralentis à n’en plus finir (les trois-quarts du film) ou des accélérations inutiles, là aussi. Et autant la musique de Koyaanisqatsi était formidable, jouant sur les variations, les montées de puissance, elle savait se fondre dans le rythme imposé par l’image. Ici c’est le contraire. Sans compter que les morceaux se ressemblent beaucoup, pour ne pas dire que certains sont rejoués à plusieurs reprises. A voir ce défilé de visages en musique on se croirait dans un spot humanitaire, pour Unicef. Franchement, pendant une heure je me suis demandé ce que Reggio tentait de me dire (de plus qu’avec Koyaanisqatsi) et puis je me disais il y a de beaux plans (ce sont des photos finalement) tout de même, puis très vite j’ai trouvé ça vain, insupportable, terriblement énervant. Je me suis alors demandé ce que j’avais aimé dans Koyaanisqatsi. Est-ce que c’était le message ou la puissance de l’image, l’intelligence ou l’absorption. Toujours est-il qu’ici je n’ai jamais été emporté par quoi que ce soit. Je trouve ça pédant, poseur et obscène.


Catégories

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche