Archives pour la catégorie Greta Gerwig

Barbie – Greta Gerwig – 2023

24. Barbie - Greta Gerwig - 2023La mort en rose.

   0.5   S’il y a bien quelque chose qui m’a impressionné avec la sortie de Barbie c’est la force de son plan marketing. Et à fortiori son insolent succès. De mon côté, c’est vraiment le dernier truc que j’avais envie de voir, Barbie. Parce que Greta Gerwig, déjà : J’avais trouvé Lady bird tellement mauvais. Parce que Barbie, ensuite. Franchement, aller voir un film sur Barbie ? Je la supporte dans Toy Story 3, c’est déjà beau.

     Alors c’est peut-être pour le casting ? Margot Robbie, Ryan Gosling, Will Ferrell. Enfin, je peux les voir ailleurs. Bref j’avais autant envie d’aller voir Barbie que de me faire arracher une dent. Et puis j’ai eu un moment de faiblesse, en juillet. J’étais à deux, disons trois doigts d’y aller. Et j’ai retrouvé la raison pour attendre de le trouver en bonne et due forme.

     J’ai trouvé ça affreux. Irregardable. Du Westworld (l’IA qui se découvre IA) en rose. Un cauchemar en rose et en plastique. Je me suis senti agressé, en permanence. Je n’ai rien compris, ni son montage, ni ses gags, ni sa photo, ni sa construction. Avec des allusions à 2001 & Matrix, au secours. Je comprends pas la hype, ni le délire. J’ai pas ri une seule fois. Ça se voudrait pop mais c’est toc. C’est moche.

     Autre chose, je suis pas certain qu’il soit très constructif d’ériger un cinéma contre un autre, un(e) cinéaste contre un(e) autre, mais je n’ai pas pu m’empêcher de constater combien l’approche méta conjugal du féminin et du masculin m’intéresse aussi peu chez Gerwig/Baumbach tandis qu’elle me passionne chez Triet/Harari dans Anatomie d’une chute. Ne serait-ce que d’un point de vue ontologique, mais aussi dans ses niveaux de lecture, de nuances etc.

     Bref, Barbie c’est complètement con mais ça veut se donner un petit côté intello gaucho bobo féministe, balancer du « patriarcat » de « l’émancipation » ici, bref se faire le chantre du manuel idéologique, tout en étant une gigantesque pub même pas déguisée pour Mattel. Donc tout s’annule. C’est vraiment un truc d’un cynisme fou. Si au moins Barbie se suicidait à la fin mais même pas, elle va chez le gynéco. Super. Bref c’est de la MERDE en barres. C’est consternant.

Lady bird – Greta Gerwig – 2018

41. Lady bird - Greta Gerwig - 2018Mistress Sacramento.

   4.0   Hormis deux/trois scènes (mère/fille surtout, comme dans le photogramme) j’ai trouvé ça vraiment anecdotique. Un peu comme du Baumbach. Celui de Mistress America, pas de The squid and the whale, malheureusement. Niveau interprétation y a rien à dire en revanche, tout le monde est au top en effet, Saoirse Ronan en tête. Mais le reste je trouve ça un tout petit peu léger et pas vraiment stimulant.


Catégories

Archives

avril 2024
L Ma Me J V S D
« mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche