Archives pour la catégorie Hostel

Hostel, Chapitre III (Hostel, Part III) – Scott Spiegel – 2012

13529014_10153775517942106_9108555823501129745_nLas Vegas barjot.

   1.7   Plus grand chose à sauver de cette franchise. Roth a disparu des commandes et ça se voit. Le tacheron qui le remplace fait un mélange des deux premiers volets (Il montre le décor et son envers, en gros) et situe l’action à Las Vegas, ce qui en fait moins un film d’horreur en terre inconnue qu’un Very Bad Trip gore. Désolé, ça m’aurait plu d’en dire davantage mais je ne vois vraiment pas comment. Cette franchise s’arrête donc là-dessus. Espérons que ce soit définitivement le cas.

Hostel, chapitre II (Hostel, Part II) – Eli Roth – 2007

28.-hostel-chapitre-ii-hostel-part-ii-eli-roth-2007-900x599Business is business.

   4.0   Comme souvent avec les films d’horreur, une suite sort dans la foulée. C’est d’autant plus mystérieux et intriguant ici qu’Eli Roth reste aux manettes. On pouvait s’attendre à une suite directe dans la mesure où le personnage s’en tirait par miracle (Pour combien de temps ?) ou à une simple redite (Pour surfer sur la réussite fructifiante du premier opus). Mais Roth va brouiller les cartes. Il y a d’abord une séquence introductive qui récupère, comme attendu, Paxton le survivant du premier chapitre mais son utilité est anéantie en deux scènes : D’abord au détour d’un cauchemar puis via une réalité nettement plus trash que le cauchemar. Ce sera la méthode Roth durant cette deuxième fournée, à savoir jouer à contourner nos attentes, construire une nouvelle énergie (Le film est plus gore mais aussi plus bizarre) puisque dans un second temps on croit revivre exactement le même processus de ces trois personnages happés par Bratislava dans le but de s’amuser, baiser et picoler. La seule différence ici : Les trois garçons sont remplacés par trois filles. Une fois de plus on passe sur les portraits de personnages, Eli Roth on a compris, est assez mauvais là-dedans. Le jeu va surtout être de savoir laquelle disparaitra la première et laquelle parviendra à s’en tirer. S’il y avait peu d’épaisseur dans la caractérisation des routards de Hostel, que dire ici ? C’est simple, ce ne sont que des marionnettes. Il n’y a pas un personnage et ses deux amies, il y a trois nénettes se relayant le bout de gras. Pourquoi ? Tout simplement parce que la grande particularité d’Hostel, deuxième du nom – Et ce qui le rend plus intéressant qu’il n’en a l’air – est de s’intéresser au versant bourreaux : Faire entrer en scène deux riches bourgeois (Joués par deux acteurs récurrents de la série Desperate Housewives) à la vie de couple sinistre, qui ont gagné leur droit d’entrée (dans le hunting club) lors d’une « vente aux enchères ». Et là aussi le film détourne ce à quoi on s’attend de voir, dans leurs approches et leur jusqu’au-boutisme ou non. Et c’est malheureusement là que le bât blesse puisqu’on ne croit plus à ces revirements de personnalités qui finissent par uniquement dégager un gimmick de scénario. On garde là aussi quelques bonnes saillies gores avec le bain de sang d’une étudiante lacérée à coup de faux ou le hachoir qui sectionne maladroitement un visage mais on retient aussi le grand n’importe quoi dans lequel le film s’enlise aussi bien dans l’évasion ridicule, la fête paillarde lourdingue et le twist final d’un goût vraiment douteux. Et sinon, pour l’anecdote, le client cannibale (qui déguste un bout de quadriceps) est incarné par Ruggero Deodato, le réalisateur de Cannibal Hollocaust, le film préféré d’Eli Roth. Oui, c’est une autre dimension.

Hostel – Eli Roth – 2006

25.-hostel-eli-roth-2006-900x597Requiem pour un massacre.

   5.2   Lors de sa sortie il y a dix ans, le film m’avait gêné dans son portrait qu’il faisait de l’Europe et plus particulièrement de l’Europe de l’Est ; L’impression qu’on y envoyait de gentils américains en sacrifice chez les barbares slovaques. En fait je pense que le film ne raconte pas grand-chose et qu’il est donc inutile de tenter d’y déceler un quelconque message. D’autant que la place du tortionnaire, elle, reste occidentale. Alors pourquoi Bratislava ? Et bien pourquoi pas. J’imagine bien Eli Roth penser comme cela. Lorsque les trois touristes débarquent dans le village paumé, on voit des enfants à gueules de travers, des blondes à gros nibards et un musée de la torture. Ça fait partie du folklore.

     Comme l’an dernier dans The green inferno, la partie teen movie, d’une vacuité absolue, rallongée pour rien, n’est pas ce que le film réussit de mieux. Il y a malgré tout une idée intéressante dans ce prologue (avant l’enfer) c’est la construction de son trio, qui pourrait tout bêtement être trois potes américains de longue date. En fait non, il y a deux amis américains qui sont accompagnés d’un routard islandais qu’ils ont rencontré précédemment car le film ne démarre pas sur le début de leur voyage, ils sont déjà en Europe depuis un bout de temps. Ce n’est pas grand-chose, mais avec ce genre d’infime détail on sort d’une certaine routine. On sait combien le genre peut être balisé. Et les balises, Roth les malmène, il a au moins cela pour lui.

     Mais la vraie bonne idée est d’avoir découpé en trois chapitres complètement inégaux (dans leur durée) l’enfer dans lequel vont s’enfoncer les trois personnages. Le premier on ne le voit ni disparaître ni mourir. Sa tête n’est déjà plus sur ses épaules quand il réapparait au détour d’un plan complètement gratuit. On pense alors qu’on va suivre le jeune puceau farouche mais non, aussitôt qu’il se fait droguer et enlever, sa mort est aussi violente que brève, mais elle permet d’apprivoiser le processus quand nous n’en voyons que les restes du premier. C’est seulement avec le dernier personnage que le film investit clairement le terrain du survival.

     Ce qui est intéressant c’est de voir combien chaque rencontre est un rouage les menant à leur future exécution, du junkie d’Amsterdam à l’homme d’affaires du train (qui leur vante qu’il est un vrai cannibale, en mangeant son poulet avec ses doigts) en passant par deux nymphettes éclaireuses. Tout converge vers cet hôtel sordide qui brille pour son spa où les meufs se mettent à poil, ce qui suffit au bonheur de nos trois compères qui ne sont venus que pour ça. Petit à petit mais seulement vraiment dans sa dernière partie, nous commençons à comprendre le hors-champ de l’affaire qui sera ouvertement le thème de Hostel 2. On navigue en plein commerce du crime puisqu’il s’agit de rameuter des sadiques fortunés contre une somme d’argent considérable et leur offrir de se libérer de leur pulsion meurtrière qu’ils assouvissent sur des étrangers qu’on a d’ores et déjà pris soin de faire disparaitre au niveau identitaire avant de bruler leur cadavre une fois le plaisir consommé.

     Si je trouve le film nettement meilleur qu’à l’époque c’est principalement dans sa partie horrifique et cette manière qu’il a de filmer les lieux : Immense usine désaffectée avec ses outils rouillés, ses murs et sols maculés de vieux sang, ses couloirs glauques où chaque porte s’ouvre sur une pièce de torture. Bien malsain. Le survival final attendu se double d’un sauvetage sans intérêt, mais il faut reconnaître au film son va-tout. La séquence de l’œil, avec la membrane découpée laissant échappé une quantité de pue innommable (précédée par une énucléation oculaire au chalumeau) est un sommet gore dans le gore. Avec la séquence tendons d’Achille sectionnés et celle du cache-cache dans un amas de corps découpés, on en a pour notre compte.


Catégories

juin 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche