Archives pour la catégorie Jason Reitman

SOS Fantômes, L’héritage (Ghostbusters afterlife) – Jason Reitman – 2021

21. SOS Fantômes, L'héritage - Ghostbusters afterlife - Jason Reitman - 2021A ghost story.

   5.5   C’est un opus nettement plus fidèle à l’esprit de l’original que celui de Paul Feig, déjà. Un opus néanmoins contaminé par l’ère du temps et cette vague de revival 80’s dont l’emblème est Stranger things (il faut rappeler que dans la saison 2, les gamins se déguisent en ghostbusters pour Halloween). Une pure déclinaison d’Amblin dans le ton, en somme.

     L’idée majeure (sinon la seule vraie idée) est de réaliser un film hommage au SOS fantômes d’Ivan Reitman, mais tout particulièrement à Harold Ramis, co-auteur du scénario original, disparu il y a sept ans. C’est un film sur la transmission générationnelle : Jason Reitman reprend le flambeau de la réalisation, lui, fils d’Ivan. Quant au personnage central, c’est la version adolescente et féminine du personnage incarné par Ramis à l’époque, ni plus ni moins, lunettes comprises. Elle est géniale, par ailleurs. Super personnage.

     C’est donc un film qui s’adresse aux plus jeunes, comme si Jason parlait de Papy Ivan à son enfant. C’est aussi ce que le film raconte dans sa conception : Comment donner envie à la jeune génération, qui n’a pas grandie avec SOS fantômes, d’aller voir ce nouveau cru, plutôt qu’au pif, le dernier Marvel ?

     Pas sûr que le film y parvienne, tant il appuie sur la corde nostalgique. D’un film, d’une époque de films : à l’image de cette scène envahie de milliers de mini bibendum chamallow dans le supermarché qui n’est pas sans rappeler Gremlins.

     D’autant qu’il garni tout ça d’une fonction volontiers méta qui s’appuie aussi sur la nostalgie :

« Vous avez oublié ce qui s’est passé à New-York ? demande Paul Ruud (là aussi prendre cet acteur qui incarne Ant-man auprès du jeune public est intéressant) qui joue un prof de science plutôt démissionnaire qui passe son temps à montrer des films à ses élèves et plutôt de son temps : Cujo ou Child’s play.

-          C’était en 1984. On n’était pas nés ! »

     Frustration, par ailleurs, de constater que le film se fiche pas mal – car ce sont des adultes – de son couple vedette. Réunir Carrie Coon & Paul Ruud c’est pourtant plus que prometteur sur le papier. Ça reste toutefois un divertissement tout à fait agréable. Surtout quand on déteste comme moi tout ce que fait habituellement ce tâcheron de Jason Reitman.

In the air (Up in the air) – Jason Reitman – 2010

19202907.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx   2.0   C’est un nouveau Thank you for smoking. Donc un nouveau film insupportable de la part de Reitman. Entre ces deux là il y avait Juno, pas brillant, mais ma foi, plutôt sympathique. C’est ce à quoi tend In the air : être un film sympathique. A l’image de Georges Clooney, suffisant quoiqu’un peu trop What else ?! Je n’aime pas le procédé cynique utilisé, tous les personnages me paraissent antipathiques. En fait je dirai même que je m’en fou complètement. Reitman ne fait pas du Moore, tant mieux, mais sa technique tourne à la farce, presque à la moquerie. Je m’ennuie littéralement, entre trois répliques rigolotes et une musique lourdingue omniprésente. C’est un film qui existe pour voir Clooney. Toutes les personnes qui riaient dans la salle ne le faisaient pas pour les textes, ni les situations, simplement pour Clooney, sa gueule et ses mimiques. Ça ne m’intéresse pas. Pire ça ne me fait pas rire.


Catégories

Archives

octobre 2022
L Ma Me J V S D
« sept    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche