Archives pour la catégorie Jon Watts

Spider-man, No way home – Jon Watts – 2021

43. Spider-man, No way home - Jon Watts - 2021Spiderandom.

   4.0   La fraicheur college movie dégagée par Homecoming s’était déjà dilapidée dans Far from home, dont on ne gardait finalement que la présence de l’antagoniste Mysterio. Sur une promesse autrement plus conséquente puisque No way home aborde enfin frontalement la question du multivers, John Watts ne fait rien. Il s’en remet aux apparitions des anciens opus de l’homme araignée, aussi bien les méchants (on retrouve Octopus, Sandman, le bouffon vert, le lézard et Electro) que les incarnations de Spiderman : L’occasion pour Tom Holland de croiser la route d’autres lui, d’autres Peter Parker dans d’autres franchises, à savoir Tobey McGuire & Andrew Garfield.

     C’est sans doute ce que les fans (Il semble que ce soit d’ailleurs un projet né d’un buzz sur la toile, c’est dire le niveau de créativité) attendaient le plus dans un univers Marvel de plus en plus assoupi depuis Endgame. Et cet opus s’en remets littéralement à cette idée. A rien de plus. Il y aura zéro surprise, durant 2h30 interminables où l’on se demande constamment ce qui peut exciter l’aficionado là-dedans. Car No way home est un film balourd, sirupeux et complètement léthargique, avec des Spiderman sans charisme, javélisés.

     Son récit de dislocation des univers repose quand même sur une fondation aberrante : En gros, Peter Parker est dégouté que tout le monde sache qu’il est Spiderman, d’autant que ça lui ferme des portes pour entrer à l’université, alors il demande à Dr Strange de lui rendre son identité secrète aux yeux de tous au moyen d’un sortilège. Et le magicien accepte. Et ça se passe mal. Le truc repose sur un simple caprice d’ado, quoi. Même moi qui ne suis pas forcément intéressé par les scénarios, j’ai trouvé ça hallucinant. Pire enjeu narratif ever.

     Mais si tant est qu’on passe outre ce set-up de la honte, le film ne tient jamais sa promesse formelle dans la création de ce multivers. Il ne va jamais sur le terrain de Sam Raimi, par exemple, non. Car c’est un film dans la lignée des précédents films Marvel. Il ne faut pas que ça déborde. C’est du fan-service, fabriqué dans un besoin de rentabilité permanent. Un truc random totalement en fonction de l’attente des fans, en somme. Et ça se comprend vu combien coutent ces machins. Alors si en plus ça pète un peu durant trois/quatre scènes, le chaland est apparemment rassasié.

     Parlons-en, des scènes d’action : Si l’on fait abstraction de leur fabrication sur fond vert (et franchement c’est pas facile) on s’en tiendra à celles de la toute première partie, à savoir celle avec Octopus sur le pont et l’autre dans les portails de Dr Strange. Toutes les autres sont atroces. Surtout après celles de The Batman où l’on sent un peu la vitesse, la matière, la destruction, ici c’est le néant complet, comme si on assistait à une bataille de figurines sur un décor de lego géant. Et je passe sur cette sempiternelle ambiance comico-neuneu : Voir cette scène où les trois Spiderman se comparent leur toile respective et bien appuyer, dans le texte, plusieurs fois, grassement, au cas où on n’avait pas compris la première fois le sous-texte.  J’étais gêné.

     Deux choses m’ont aussi passablement agacé : Tout d’abord, cette obsession qu’a le film d’annoncer son programme, par l’intermédiaire de MJ « le meilleur moyen d’être déçu c’est de trop espérer » une phrase méta petit slip, comme si on appelait en permanence à notre indulgence critique, parce que tu vois c’est dur quand même de faire un film, de remettre une pièce dans la machine et de proposer un truc fou et nouveau. Vos gueules, bordel !

     Ensuite, car il est à l’image de la sensation procurée par le film entier, la scène post générique est incroyablement nulle. J’ai toujours trouvé que c’était merdique ces scènes post génériques, mais au moins parfois il y avait un truc, une idée, un plan, une promesse et parfois sur quelques secondes. Là on nous sert quoi ? Quasiment une bande-annonce pour le prochain opus de Dr Strange. Les mecs, sérieusement, vous avez rien de mieux en stock ?

     De toute façon, le vrai Spiderman, en version multivers, c’est Spiderman, New Generation, de Phil Lord & Chris Miller qui était beau, vertigineux et virtuose. Le seul truc que j’aurais trouvé couillu ici c’est s’ils avaient fait entrer Miles Morales (le Spiderman animé) dans l’équation occasionnant un truc formel hybride façon Qui veut la peau de Roger Rabbit ? Un peu trop créatif sans doute. Et impossible niveau droits, gros sous et sondage de fan-service aussi j’imagine. Bref j’ai trouvé ça globalement gerbant. Mais c’est Spiderman, et donc on passe pas non plus un moment horrible.  

Spider-Man, Far from home – Jon Watts – 2019

07. Spider-Man, Far from home - Jon Watts - 2019La toile des illusions.

   5.5   Homecoming avait offert un vent de fraicheur à cette saga, on y découvrait un parfait Peter Parker, sous les traits de Tom Holland, largement plus jeunes que les précédentes incarnations Tobey McGuire ou Andrew Garfield. On y découvrait un univers de lycée, c’était léger, plutôt cool, pas trop bourrin – deux séquences seulement lâchaient les chevaux, en bien (Le Washington Monument) ou en moins bien (le ferry). On ne retrouvera pas cette fraicheur ici, sans doute parce qu’Endgame est passé par là, mais pas seulement, tout est plus lourd, dans l’action, dans les blagues, mais aussi dans la (triple) partie romcom. Ce qui est plutôt touchant et réussi, c’est paradoxalement ce qui dessert le film en tant qu’opus Spiderman. C’est plutôt un nouvel Iron man, en fait. Un Iron man post scriptum, un Iron man sans Tony Stark. Il n’est plus là mais il est partout, dans le masque de tristesse arboré par Peter Parker, dans l’imposante présence d’Happy Hogan, dans le McGuffin que joue l’apparition des lunettes EDITH et forcément dans le méchant, qui vient pour s’en emparer. L’idée c’est aussi de trouver un héritier à Iron Man. Et cette partie-là est plutôt bien agencée, entre l’initiation de Peter et ses doutes, sa relation avec Mysterio. Ensuite, dès l’instant que les masques tombent, le film est plus évasif dans ce qu’il tente. Les divers affrontements – à Venise, Prague ou Londres – sont pas hyper bien chorégraphiés. Mais parmi ces déceptions il y a tout de même une scène ahurissante, un truc complètement dingue, vertigineux, osé – comme si d’un coup le MCU se fichait de plaire à tout le monde : Peter Parker est balloté dans les illusions du méchant, affronte d’autres Spiderman, voit Stark sortir de sa tombe, avant de percuter un train. Franchement, c’est sans doute aussi bordélique que les scènes multidimensionnelles dans Docteur Strange mais moi ça m’a surtout fait penser à la séquence du tunnel dans le Vice Versa, de Pixar, à l’intérieur duquel les personnages deviennent des aberrations cubistes. Vraiment, à cet instant-là, je me suis demandé ce qui traversait les méninges de mon fils, assis à côté de moi, mi éberlué mi interloqué. C’est pas grand-chose, ça dure pas longtemps d’ailleurs, mais dans un circuit aussi mainstream que le MCU, ça surprend. Bref, j’ai trouvé le film plutôt attachant dans l’ensemble, mais aussi un peu trop dans la facilité, comme en témoigne la relation entre Ned & Betty. Je regrette qu’on nous tease sur le multivers (Fury qui annonce à Parker que Mystério vient d’une autre Terre) pour ne rien en faire sinon offrir cette petite friandise finale qui cite la trilogie de Sam Raimi. Enfin j’imagine qu’on va y venir, qu’on a évoqué le multivers pour le développer plus tard, comme on avait évoqué la physique quantique dans Ant-man (qui clôturait la phase II) pour l’exploiter en phase III. On verra.

Spiderman, Homecoming – Jon Watts – 2017

46. Spiderman, Homecoming - Jon Watts - 2017Super geek.

   6.0   Chouette idée que de faire un reboot geek de Spiderman, un film aussi décomplexé qu’il est modeste, bien plus occupé à agrémenter son versant comique et citationnel que sa caution grand spectacle. Les effets spéciaux ne sont d’ailleurs pas ce qu’il réussit de mieux, la scène au Washington monument est bien fichue mais celle du ferry bave beaucoup trop. Ça ne révolutionne rien, mais ça n’en a jamais la prétention, jouant surtout sur le folklore lycéen et la lose communicative du groupe d’ados, avec leurs caractères bien trempés, les vannes et la dimension théorique à l’image de sa façon de renverser « le baiser à l’envers » par exemple. Et puis c’est con mais je crois que je préfère cent fois ce gamin à Tobey Maguire. Reste à savoir si les suites resteront dans ce délire ou s’ils se prendront davantage au sérieux.


Catégories

Archives

juin 2024
L Ma Me J V S D
« mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche