Archives pour la catégorie Jonathan Barré

Les vedettes – Jonathan Barré – 2022

13. Les vedettes - Jonathan Barré - 2022La bête histoire de Daniel & Stéphane.

   3.0   Avec toute la sympathie que je peux avoir pour le Palmashow, il faut reconnaître qu’au cinéma – à moins d’être sinon canalisés, complètement absorbés par la réalisation de Dupieux, dans le très beau Mandibules – c’est un peu la catastrophe. Déjà La folle histoire de Max & Léon c’était prometteur mais in fine pas fameux, très raté (mais un peu plus ambitieux il me semble, avec cette envie de renouer avec de grands films populaires type La grande vadrouille) et Les vedettes est du même acabit, quand bien même il remplace le terreau de la seconde guerre mondiale par des émissions télés, ouvertement parodique du Juste prix ou de N’oubliez pas les paroles. Les deux films sont d’ailleurs réalisés par Jonathan Barré. Et j’ai la sensation, devant ces deux films, que Barré ne fait rien sinon se mettre au diapason de ce duo souvent très drôle, sur pastille, mais incapable de créer du rythme sur le temps d’un film, qui plus est un buddy movie. Ludig & Marsais mangent le film qui ne parvient jamais à se déployer, par ses seconds rôles notamment, qui n’existent jamais. On sourit donc peu, il n’y a aucun rythme, peu d’idées et le fait que le film s’intéresse peu à cet univers (je le répète dévoré par ce duo) crée une atmosphère très cynique, à l’encontre du système télévisuel, certes, mais plus gênant, à l’encontre de ceux qui regardent les programmes télévisés et qui vivent en région.

La folle histoire de Max et Léon – Jonathan Barré – 2016

25. La folle histoire de Max et Léon - Jonathan Barré - 2016La petite défaite.

   2.5   Malgré la relative sympathie que j’ai pour le duo du Palmashow – Très relative hein, je n’aime vraiment que leur sketch des Petites victoires – j’ai trouvé ce premier film complètement raté, rarement drôle car il use de situations entrevues mille fois ailleurs, mal construit sans doute parce qu’il fonctionne en pastilles, comme leurs sketchs et que sur la distance c’est épuisant, d’autant que la mise en scène est assez indigente, les décors pas super inspirés. Je suis allé au bout car j’aime bien Ludig et Marsais et que leur duo peut m’évoquer vite fait ceux des comédies de Veber, saupoudrés des Nuls, mais le problème ce sont tous ces personnages secondaires, généralement joués par des acteurs connus, soient habituellement secondaires (Farcy, Pinon, Hosmalin, Marié, Salles) soient de guests là pour faire une apparition de pote (Le mec de Bref, celui de Kaamelott, ainsi que d’autres humoristes) qui sont absolument sans intérêt. Quand je repense à Mission Cléopâtre, et ce bien que j’ai toujours trouvé le film un peu bancal, génial avec Chabat, Dieudonné et Darmon, très nunuche avec Clavier et Depardieu, je me dis qu’on tenait là une comédie qui se donnait les moyens de ses ambitions, qui tentait infiniment plus de choses et qui trouvait souvent la réplique qu’il fallait quand il fallait, ce qui n’est jamais le cas ici, puisque chaque vanne tombe à plat. De ce marasme global, je sauve Nicolas Maury, toujours parfait et les quelques fausses pubs en Noir et Blanc disséminés ci et là. Mais j’ai dû esquisser quatre rictus, grand max, c’est un peu léger. C’est plus La septième compagnie que La grande vadrouille, quoi. Une petite défaite, donc.


Catégories

Archives

octobre 2022
L Ma Me J V S D
« sept    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche