Archives pour la catégorie Julien Leclercq

Lukas – Julien Leclercq – 2018

11. Lukas - Julien Leclercq - 2018The boring bouncer.

   3.0   Comme d’habitude avec Leclercq ça n’a presque aucun intérêt. Je ne comprends pas ce qu’on peut trouver à ce réal, qui n’est qu’un recycleur, parfois un peu habile (Gibraltar) parfois carrément grotesque (L’assaut). Le mec fait du sous Marchal, quoi, c’est dire le niveau. Ici, tout ce qui pouvait rendre le truc un tout petit peu intéressant, à savoir la dimension théorique autour de Jean-Claude Van Damme, tout ça est mal traité, voire pas traité du tout. Le film aurait pu utiliser son corps en tant que matière cinématographique, mais non, lui ou quelqu’un d’autre ça ne change rien. C’est pas La mule, quoi. Leclercq est trop occupé à dynamiser l’action à renfort de clins d’œil, au point qu’il en oublie d’écrire des dialogues, tous hallucinants de ridicule. L’ouverture cite donc The wrestler (le garde du corps filmé de dos dans les coulisses d’une boite de nuit) mais aussi Miami vice : Mais la sublime chorégraphie nocturne en étoile qu’en tirait Mann est ici saccagée par une image racoleuse et un découpage affreux. La toute fin, elle, cite tellement ouvertement celle de Drive, que c’en est gênant. Ce ne sera d’ailleurs pas la seule référence au film de Refn, puisque lors d’une course-poursuite dans un parking, Leclercq fait s’arrêter la bagnole toux feux éteints comme le faisait Gosling dans l’ouverture magnifique de Drive. Un moment donné, il y a une fabrication de faux billets, évidemment on pense à Police fédérale Los Angeles, et évidemment ça n’aide pas vraiment le film de Julien Leclercq. Et la dernière partie dans l’entrepôt rappelle davantage la fin de la saison 2 de Braquo ou celle d’Equalizer, avec Denzel Washington. Ça lui va mieux d’être comparé à des daubes, finalement.

Braqueurs – Julien Leclercq – 2016

30Le coup était presque parfait.

   4.0   On est dans le film de braquages classique de chez classique. Et dans le film hommage, tant il semble de plus en plus évident que Leclercq n’a rien mangé d’autre que du Mann ou du Melville – Sami Bouajila ici est un quasi copié-collé de Delon dans Le samouraï. Ceci dit, et à l’instar de Gibraltar, le film n’est pas désagréable. Il est plus ramassé aussi. Il y a d’abord une affaire de braquage de fourgon de passeports vierges, qui se déroule sans encombres jusqu’à une faute ultérieure de l’un de ses membres. Puis le braquage d’un Go-fast pour le compte de caïds qui les menacent de s’attaquer à leurs familles respectives. C’est à la fois très chiadé et ultra éculé. Mais on ne s’ennuie pas, d’autant que le film ne dure qu’1h17, générique compris.

Gibraltar – Julien Leclercq – 2013

16830772_10154446567572106_5388816643920507856_nInfiltré malgré lui.

   4.0   Encore un qui croit renouveler le genre, devenu moribond, du polar à la française. Chrysalis et L’assaut c’était horrible et c’était déjà lui. Gibraltar est un peu plus intéressant, déjà parce que le film se déroule à Gibraltar, endroit très cinégénique, même via la caméra de ce tâcheron de Leclercq, mais aussi parce qu’on y suit un pauvre type, qui tient une guinguette et qui pour palier à de gros problèmes financiers accepte de se retrouver agent de renseignement pour les douanes françaises, d’abord en livrant des informations puis en rencontrant de dangereux trafiquants de drogue. De renseignements en infiltrations, échanges et manipulations, le film se suit agréablement, à raison d’une réalisation extrêmement classique, jamais tape à l’œil non plus, mais on aurait rêvé d’un vrai cinéaste aux manettes, qui aurait écrit de super personnages et crée de la densité accompagnés de séquences mémorables. C’est comme pour La French de Jimenez (Qui était un peu mieux quand même) on sent que les mecs rêvent de Mann et Melville, mais ne leur arrivent pas à la cheville. Le film se base sur l’histoire vraie d’un français expatrié à Gibraltar, Marc Fiévet, qui avait raconté son histoire dans un livre en 2003. On a l’impression que c’est tout ce qui intéresse Leclercq : Raconter une histoire vraie – Comme pour sa purge, L’assaut. Il ne transcende rien et j’imagine (car je n’ai pas lu le bouquin) ne raconte rien de plus ou de différent que ce qui apparait dans la plume de Fiévet. Les acteurs, quant à eux, font le job, sans plus.


Catégories

Archives

décembre 2019
L Ma Me J V S D
« nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche