Archives pour la catégorie Kiyoshi Kurosawa

Real (Riaru, Kanzen naru kubinagaryû no hi) – Kiyoshi Kurosawa – 2014

real-kurosawa-1   5.2   Comme on pouvait le lire à l’époque de sa sortie, il y a un peu de Shutter island et d’Inception là-dedans. On y retrouve en effet certains motifs similaires. Mais c’est globalement surtout un film de Kiyoshi Kurosawa. On retrouve bien les motifs de sa mise en scène, cette façon de travailler le plan, les intérieurs, ses incursions fantastiques, le travail énorme sur la lumière. C’est assez beau tout ça, même si comme souvent ça ne me fait ni chaud ni froid. Il y a une distance dans son cinéma qui me gêne continuellement, ce qui n’est pas le cas dans celui de Bong Joon-Ho par exemple, qui me happe d’un bout à l’autre. Là oui, en effet, les vingt derniers minutes sont excellentes, ce gros récit avec ces tiroirs qui s’ouvrent plutôt jouissifs, mais le début m’ennuie aussi et puis le retournement du milieu me semble vraiment superflu ou mal fichu. Mitigé donc.

Shokuzai (贖罪) – Kiyoshi Kurosawa – 2013

Shokuzai (贖罪) – Kiyoshi Kurosawa - 2013 dans Kiyoshi Kurosawa 998380_10151488769427106_254822295_n-300x200     5.3   J’étais pas loin de le snober. D’une part car je connais mal Kurosawa, d’autre part car deux épisodes pour un film de 4h30 n’est pas une motivation première. Mais hier c’était la grande pêche. Je suis allé voir le premier épisode en ayant le choix d’enchainer sur le second. Et j’ai bien fait de faire comme ça car je ne serai jamais allé voir la suite ultérieurement, je n’aimais pas suffisamment pour cela. Là j’étais dans l’ambiance du film et je suis content d’avoir tout vu sans quoi j’aurais eu quelques remords. Je conseille de le voir ainsi ! Encore faut-il avoir un peu de temps et l’envie de rester assis dans une salle obscure 4h30 durant. Personnellement j’adore ce genre de défi et ça crée une proximité particulière avec l’œuvre. Il y a des films de 5, 6 ou 7h que j’adore et rêverais de revoir d’une traite sur grand écran, je pense à La maison des bois, Mildred Pierce, Das boot, Carlos ou Satantango entre autres, tant le cinéma peut aussi être une expérience sur la durée et une durée que l’on se doit de respecter, ce que la salle de cinéma permet davantage qu’ailleurs. Il y a des choses que j’aime énormément dans ce film fleuve de Kurosawa, en particulier la manière avec laquelle il filme les intérieurs et cette ambiance proche du fantastique via certains motifs, certaines lumières ou diverses sources sonores nébuleuses. Le reste tient malheureusement énormément du récit, un mélo hyper chargé (le dernier épisode est limite insupportable d’enchainements et rebondissements dramatiques). Reste que je l’ai reçu comme je reçois une série, c’est très addictif. Mais en tant que film de cinéma je trouve ça vraiment moyen et ce n’est pas qu’une question de durée, j’ai vraiment beaucoup de mal avec cette sur-écriture, ce qui me gênait déjà dans Tokyo Sonata. Mitigé donc, mais mitigé content.


Catégories

juillet 2017
L Ma Me J V S D
« juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche