Archives pour la catégorie La casa de papel

La casa de papel – Saison 3 – Netflix – 2019

LA CASA DE PAPEL serie TV 2017- Saison 3Banco.

   4.0   Une ellipse de trois ans et hop on prend (presque) les mêmes et on recommence : Un nouveau braquage, celui de la Banque d’Espagne supplantant celui de la Fabrique de la Monnaie. Prétexte : Sauver Rio d’une fâcheuse situation. Moui. On sent bien que l’arc narratif était bouclé et qu’il fallait en créer un autre. Et le vrai prétexte c’est de faire de nos masqués aux noms de villes des symboles de la Résistance, face à une police maléfique, sans aucune nuance. Le reste ne change pas : Montage au hachoir, flashbacks à gogo, amourettes en rafale, rebondissements multiples. Quant aux nouveaux personnages qui pourraient redynamiser l’ensemble c’est simple, ils sont traités par-dessus la jambe : Bogota, Marseille, qui sont-ils ? Palerme est le seul nouveau venu un peu plus intéressant mais il est une déclinaison nettement moins charismatique de Berlin. Et si Raquel devenue Lisbonne a changé de camp elle n’est dorénavant plus que l’ombre d’elle-même, on sent que la série ne sait plus quoi en faire, préférant miser sur celle qui la remplace, une inspectrice sans états d’âmes, davantage capable de rivaliser avec El Professor. Affaire à suivre…

La casa de papel – Saison 2 – Netflix – 2017

12. La casa de papel - Saison 2 - Netflix - 2017La petite évasion.

   5.0   L’enchaînement entre les deux saisons m’a semblé inapproprié. Une sorte de cliffhanger qui ne dit pas son nom. Comme si on avait coupé n’importe comment tant la suite se loge pile dans la continuité. Je suis peut-être vieux jeu mais j’ai besoin de sentir une rupture, besoin d’apprécier une saison aussi pour sa fin, pour le plaisir d’assister au season final et au crescendo qui l’accompagne.   

     En effectuant une petite recherche j’ai compris qu’il s’agissait du « montage Netflix » puisque sur Antena 3 (en Espagne, donc) ces deux saisons sont réunies en une seule. Par ailleurs, il n’y avait pas treize puis neuf épisodes mais quinze. Autant dire que le découpage a été modifié dans son entièreté, probablement pour rester dans la norme requise par la plateforme. C’est ridicule.

     Autrement j’ai peu de choses à ajouter à l’impression laissée par la première salve. Je vois vraiment ça comme un petit plaisir coupable, régressif et totalement inoffensif. La majorité des personnages (Tokyo, Rio, Nairobi, Prieto mais la palme revient évidemment à Arturo) sont exceptionnellement insupportables, les effets sont ringards, la photo terne, la réalisation approximative. Je ne sais plus où j’ai lu quelqu’un dire qu’il trouvait que La casa de papel était montée comme les pubs contre le piratage qu’on avait à l’époque sur les DVD avant les films. C’est pas faux.

La casa de papel – S1 – Netflix – 2017

10. La casa de papel - Saison 1 - Netflix - 2017Casa ciao.

   5.0   Un petit non. Et parfois un tout petit oui. Disons qu’on se prend au jeu car c’est juste fait pour te divertir après ta journée de boulot.

     Mais si on réfléchit un peu, c’est quand même super mal écrit, mis en scène avec les pieds et construit n’importe comment. C’est plein de rebondissements prévisibles, de personnages débiles, dessinés en un trait de caractère. Et puis l’image est aussi moche que leurs masques affreux de Dali.

     Quelques minuscules satisfactions malgré tout : Tout d’abord, il faut signaler que sous ses contours très américanisés (J’ai souvent pensé à un Orange is the new black chez les braqueurs) la respiration reste très espagnole (et ça parle espagnol, ça fait du bien) en cultivant le (mauvais) goût pour le kitch plutôt que la vraisemblance.

     Ceci étant je trouve que ça fonctionne beaucoup trop souvent au twist qu’on désamorce systématiquement la minute suivante. Et c’est kitch sans trop l’être, aussi bien sur le fond (l’aspect Soap) que sur la forme (Ce petit côté Télénovela). Et paradoxalement c’est ce qui me rend le visionnage supportable. Passe-partout, disons. Un gars comme Alex de la Iglesia aurait fait un truc bien plus barré, par exemple. Là on joue quand même dans une cour très scolaire, moins sur la folie que la séduction. C’est pas hyper personnel.

     Et pourtant ça donne envie de regarder la suite. Car il y a Le Professeur. Et il y a Berlin. Les deux seuls protagonistes qui ont un peu de gueule au sein de toute cette médiocrité.


Catégories

Archives

décembre 2021
L Ma Me J V S D
« nov    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche