Archives pour la catégorie Lionel Bailliu

Denis – Lionel Bailliu – 2013

18. Denis - Lionel Bailliu - 2013« Une fois ça peut arriver, une fois c’est normal, mais deux fois… Pauvre vieux »

   5.0   De Bailliu je m’étais délecté de sa satire du monde de l’entreprise dans son jouissif Fair Play, qui avait l’idée originale de dézinguer cet univers uniquement par le prisme du sport : Squash, golf, canyonning. Je ne savais même pas qu’il avait sorti cet autre film il y a quatre ans, sans doute car Denis (Ce titre, déjà…) fit un four monumental : Resté une semaine à l’affiche, 40.000 entrées, une comédie avec au casting Fabrice Eboué et Jean-Paul Rouve, avouez que ça fait désordre.

     Evidemment le film est assez mal fagoté et complètement à contre courant des modes de la comédie populaire et franchouillarde actuelle. J’ai trouvé ça franchement drôle, disons pendant trois quarts d’heure, après ça s’étiole considérablement mais ça reste osé et très rythmé. Et puis les trois rôles féminins (Tenus par Sara Giraudeau, Audrey Dana et Amelle Chahbi) sont bien castés, pour ce qu’elles ont à jouer.

     Mais c’est bien grâce à Eboué et Rouve que le film trouve ses meilleures inspirations. Cette histoire de mec qui découvre que sa deuxième ex sort avec le type qui lui avait aussi chouré sa première pouvait donner un vaudeville low cost uniquement guidé par son pitch, mais le film va plus loin, tente plein de trucs, souvent de mauvais goût (le catch) ce qui n’est pas déplaisant. Et je le répète j’ai beaucoup ri et j’en demandais pas beaucoup plus.

Fair play – Lionel Bailliu – 2006

Fair play - Lionel Bailliu - 2006 dans Lionel Bailliu photo-fair-play-2005-10-300x198 Les salauds.

   6.7   Ce pourrait être le film le plus détestable du monde, avec ses appuis métaphoriques permanents, c’est au contraire un film passionnant, non exempt de défauts mais qui véhicule une telle énergie (cynique) qu’il en devient une excellente comédie d’entreprise, une sorte de The Office avec beaucoup plus de coup-bas, de méchanceté, de trahison et surtout un décor pour le moins singulier, puisque à aucun moment nous ne mettrons les pieds dans la société.

     En fait, le cinéaste dont c’est le premier long-métrage – il avait réalisé un court-métrage de 20 minutes appelé ‘Squash’ qu’il a finalement incorporé dans son film, avec un autre acteur, et en retravaillant de légères répliques et quelques plans – propose avec Fair Play un exercice très théorique (on verra que ça ne fonctionne pas à tous les coups) selon lequel toutes les situations sportives deviennent des situations types de bureau, où les réactions de chacun correspondent en partie à sa réaction au travail. Concept aberrant présenté ainsi, c’est en fait très drôle. Prenons pour exemple cette partie de squash, puisque c’est à partir d’elle que le long-métrage Fair Play a vu le jour. Un patron a proposé à l’un de ses collaborateurs de faire une partie pour se libérer la tête, pour se détendre. C’est le point de départ mais c’est ce que l’on ne voit pas. Ce que l’on voit c’est une salle de squash, un homme s’y entraîne, un autre le rejoint plus tard. En réalité cette partie devient peu à peu un règlement de compte, ayant pour cause le capotage d’un dossier important. Très vite ce patron effectue un comparatif entre le comportement de son invité en entreprise et celui qu’il a sur le terrain. Très vite il l’obligera à se donner à fond sur chaque point, prétextant que s’il perd le match il sera par la même occasion viré. Tous les coups sont alors permis, d’une balle de squash dans le cul ou dans la gueule, a quelque chose de beaucoup plus violent concernant une possible adultère. Cette séquence se déroulant intégralement sur un terrain de squash est hyper marquante, car tout aussi étouffante pour nous que pour le pauvre employé aussi dépassé qu’anéanti. Et ça dure dix-huit minutes. Jérémie Rénier est magnifique de candeur et de témérité enfouie. En face, Eric Savin est carrément monstrueux. Cette séquence est à l’image du film : magnifiquement écrit mais difficile à mettre en scène. Cependant elle fonctionne très bien, le cinéaste a su y mettre le panache qu’il fallait, qu’il ne retrouvera pas aussi intensément dans les autres séquences, au minimum un peu en dessous.

     Le film est donc composé de séquences : 6 exactement. Et chaque fois il est question de supériorité de l’un sur l’autre, soit en se basant sur des faits ou des mensonges, en mettant en avant une réussite ou une faiblesse. Ce sont deux collègues en pleine discussion dans une barque d’aviron ; Un patron et son employé lors d’une humiliante partie de squash ; Un commercial et sa collaboratrice pendant un parcours sportif en forêt quelque peu mouvementé ; Le patron et le grand patron lors d’une partie de golf bon enfant qui tourne à l’humiliation; Presque toute l’entreprise durant une descente en canyonning sans issue ; Pour finir sur une entrevue entre l’unique survivant et l’employé absent ayant pris les rênes de la société, dans une salle de sport. Il sera toujours question d’humiliation, et parfois de retournement de situation (le squash ou le canyonning, les deux plus longues séquences durant à elles seules une bonne heure). Ce qui me plait aussi ici c’est le rôle que chacun doit jouer, ou déjouer. On a affaire à une bande de stars (Rénier, Cotillard, Doutey, Magimel…) qui s’en sortent extrêmement bien, suivant ce qu’ils doivent interpréter. C’est la clé de la réussite à mon sens car d’un sujet ultra casse-gueule, avec qui plus est des stars dans tous les sens, il y avait peu de chance qu’on y croit ne serait-ce qu’un minimum. En fin de compte on est obligé d’y croire, tout fonctionne sur le principe de l’offensive/défensive et on apprend à connaître une belle bande de salauds, que l’on a rendu salauds, que la société de compétition a rendu salauds. Je ne dis pas que le film fait tel ou tel accompagnement de morale, car c’est avant tout une comédie, c’est avant tout super drôle. C’est un peu ce qui le différencie d’un film comme Le Couperet par exemple, qui lui est plus encré dans un réalisme esthétique et un côté improbable, irrationnel. Fair play mise beaucoup plus sur le jeu d’acteur, mais il n’est pas film théâtral justement parce qu’il est sans cesse en mouvement (énergique ou géographique), la caméra ne se pose pas un seul instant. La séquence dans les bois est un peu limitée à mon sens, éclipsée d’autant qu’elle arrive après le squash. La première scène du film est aussi très moyenne. Mais le reste tient le coup.

     En terme d’écriture je trouve ça fabuleux, c’est d’ailleurs à ce niveau là que je ne vois aucune limite, que je n’ai aucune réserve, à la différence de la mise en scène pas toujours très heureuse ni juste. Qu’est-ce que ce film est bien écrit ! Je parle des dialogues principalement. J’ai pensé à Smoking/No smoking de Resnais, avec ces séquences qui se répondent les unes aux autres, par des détails, des subtilités ou carrément des gros clichés. Comme chez Resnais, ça ne cesse de bondir, de rebondir, jusque dans chaque grimace, froncement de sourcil, larmes. Chaque mot (pour peu que ce soit le patron, donc Eric Savin qui parle) est un plaisir à entendre. Il n’y a que musicalement que le film pêche un peu, je ne vois pas trop l’intérêt de choisir un orchestre. La scène finale aurait été beaucoup plus intense sans présence musicale. Durant la scène de squash il y a par moment une ambiance sonore mais c’est plus discret, et donc ça fonctionne bien mieux. Bref, en définitive, je me suis beaucoup amusé.


Catégories

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche