Archives pour la catégorie Lucio Fulci

L’Au-delà (E tu vivrai nel terrore, l’aldilà) – Lucio Fulci – 1981

04. L'Au-delà - E tu vivrai nel terrore, l'aldilà - Lucio Fulci - 1981Le secret derrière la porte 36.

   6.0   Des visions magnifiques, d’autres grotesques. Plus je découvre Lucio Fulci plus je vois un cinéma sur la corde, qui ne me convainc pas complètement (à l’exception de L’enfer des zombies) mais qui génère du plan, des idées, des ambiances tranchées à l’image de cette ouverture en sépia dans le bayou de la Nouvelle Orléans où l’on y lynche un homme accusé de sorcellerie, avant de le crucifier et de le défigurer à la chaux vive.

     Le lieu en question, un hôtel en ruines, sera le théâtre d’événements inexpliqués soixante ans plus tard, faisant ressurgir un tableau représentant les sept portes de l’enfer, à renfort de monstres et de zombies dans un rythme volontiers somnambulique. Les enchaînements sont comme l’interprétation globale ou la gestion de l’intrigue, pas très fins ni heureux, mais d’une telle vitalité et générosité dans son esthétique de la putréfaction que le film s’avère aussi impressionnant que son film précédent, Frayeurs.

L’enfer des zombies (Zombie due) – Lucio Fulci – 1980

01. L'enfer des zombies - Zombie due - Lucio Fulci - 1980The zombies are taking over.

   8.0   Si le titre original fait ouvertement référence au Zombie de Roméro, et tente, par une ridicule pirouette de producteur, d’en être sa suite, le film s’avère bien plus intéressant. Et n’a absolument rien à voir avec le chef d’œuvre de George Romero.

     Un voilier à la dérive entre dans la baie d’Hudson. En reconnaissance, un des garde-côtes montés à bord est assassiné par un zombie dissimulé dans la cale. Ce voilier de la scène d’ouverture, apportant les zombies qui répandra la maladie dans New York (quel plan final incroyable, par ailleurs) rappelle un peu le navire dans le Nosferatu, de Murnau.

     Accompagnée d’un reporter, la fille du propriétaire du bateau part pour les Antilles afin de découvrir ce qui est arrivé à l’équipage et à son père. Sur l’île, ils font la rencontre d’un médecin, qui lutte comme il peut contre une terrible épidémie : Les malades de son dispensaire meurent puis reviennent à la vie.

     C’est un film-écho au Vaudou, de Tourneur. L’histoire se déroule autour d’une île paradisiaque, souvent en plein jour, par ailleurs, et pourtant la mort rôde sans cesse, les cadavres en putréfaction déambulent.

     L’enfer des zombies est jalonné de supers instants, notamment la scène de résurrection des morts dans le cimetière espagnol. Il est aussi généreux dans ce qu’il offre en gros plans. Impossible de ne pas évoquer la scène de la femme du scientifique, l’œil, le morceau de persienne. Magnifique. Mais on peut aussi parler de ce bestiaire grouillant, fait de vers ou scolopendres, qui maculent les plaies ou s’extraient des cavités buccales ou orbitales. De ces nombreux corps déchirés. Il y a un gros boulot de maquillage.

     Il y a une drôle de scène un moment donné, qui permet de voir dans quoi baigne le film. C’est une attaque de requin, au centre, tandis que le bateau est sur le point d’accoster l’île de Matool. On pense d’abord à une scène aussi gratuite (façon production Corman) que la tenue de la jeune femme (string, seins nus) qui vient de se jeter à l’eau, avec bonbonne d’oxygène, pour prendre des photos. En réalité le requin perd de son capital danger dès l’instant qu’apparaît un mort-vivant dans les coraux. Et ça occasionne une étrange scène zombie vs shark, en lévitation. C’est une scène très belle, qui dure et rappelle certains moments de L’étrange créature du lac noir, de Jack Arnold.

     Bref, j’ai adoré. Et en grande partie parce que le film m’en évoque plein d’autres qui me sont chers, sans pour autant faire de l’ombre à celui-ci, très original. Je connais assez peu Fulci, j’ai vu et aimé Frayeurs, vu mais été très déçu par L’emmurée vivante. Il faut que je creuse davantage. Ah et j’oubliais, le thème musical composé par Fabio Frizzi, est superbe.


Catégories

Archives

mai 2024
L Ma Me J V S D
« avr    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche