Archives pour la catégorie Michel Ocelot

Dilili à Paris – Michel Ocelot – 2018

28. Dilili à Paris - Michel Ocelot - 2018La petite fille et les mâles-maîtres.

   6.0   J’ai toujours trouvé Ocelot un peu juste. Enfin je n’avais vu que Kirikou. Là il me semble qu’il va plus loin, ne serait-ce que dans sa peinture du début de siècle, son premier plan (Dilili, petite fille franco-kanake dans un zoo humain parisien) et toute la dernière partie (sur la soumission des femmes) vachement osée. Pour le reste c’est un voyage visuellement très beau – Et une technique d’animation visant à incruster l’animation dans des photos de lieux – dans le Paris de la Belle époque avec de nombreuses rencontres avec les personnalités qui la rythmaient : On croise entre autre Marie Curie, Marcel Proust, Louis Pasteur, Toulouse-Lautrec, Camille Claudel, Claude Monet, Erik Satie, Auguste Renoir etc. Elles n’apportent rien au récit, concrètement parlant, en revanche elles permettent un beau voyage pédagogique, elles font un beau décor de cinéma. Avec en filigrane la dimension politique sur l’émancipation des femmes, on peut dire que c’est le parfait produit pour les sorties scolaires.

Kirikou et les bêtes sauvages – Michel Ocelot – 2005

16179078_10154366781817106_7263152562295485045_o     4.5   Moins réussi que le premier dans la mesure où il agit davantage comme parenthèse. L’impression qu’il existe uniquement pour agrandir l’histoire. Et j’ai un problème avec l’omniprésence de la voix off de Kirikou qui commente tout ce qu’il fait. Là-dessus on sait que le dessin animé cible uniquement les petits. Et il y a une lourdeur dans le petit programme d’animaux (envoyés par Karaba) et des victoires (en chanson) sur ces animaux : Hyène, buffle, girafe. La dernière partie (les fleurs guérisseuses) est plus intéressante, on s’extraie du dispositif. Ah et sinon j’aime beaucoup l’élaboration des poteries.

Kirikou et la Sorcière – Michel Ocelot – 1998

29     5.0   C’est mignon mais un peu trop mécanique pour prétendre à des enjeux purement poétiques. Et puis plastiquement c’est très beau mais un peu écrasant, un peu trop Douanier Rousseau, un peu trop décalque d’art naïf. Toutefois c’est agréable de voir ça au milieu du reste de l’animation, mais dans un registre plus minimaliste je préfère nettement La tortue rouge, qui s’encombre moins de plaire aux petits comme aux grands.


Catégories

Archives

avril 2019
L Ma Me J V S D
« mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche