Archives pour la catégorie Mouk 3



L’épée et la rose (A espada e a rosa) – João Nicolau – 2011

12. L'épée et la rose - A espada e a rosa - João Nicolau - 2011Les orgueilleux.

   3.5   C’est un doux calvaire au sens où son vent de liberté est par instant plus fort que l’hermétisme qui l’habite. Parfois, seulement. Trop rarement, plutôt. John from, le dernier film de Joao Nicolau, est tout aussi insolite mais il est plus séduisant, plus cotonneux, plus écrit ce qui ne l’empêche pas d’offrir des espaces et des situations dans lesquels il est possible de se balader, de se disperser. Ici c’est vraiment délicat, on a tellement la sensation d’un film et son scénario en train de se faire, comme le personnage semble évoluer dans un rêve absurde, abstrait, que les enjeux n’existent pas. Impossible de se raccrocher à quoi que ce soit.

     C’est une parenthèse qui évoque rapidement Rozier, celui des Naufragés de l’île de la tortue, puisque le film se déroule sur un bateau, mais ça manque d’horizons, de personnages charismatiques ou auxquels on s’identifie, ça manque d’idées stimulantes, aussi, tout simplement. Si l’on touche à la comédie musicale, notamment ici lors de l’irruption d’un inspecteur des impôts chantant et qu’on file vers le récit de piraterie hédoniste en embarquant dans une caravelle, la folie et la beauté du film circulent uniquement par intermittences et en circuit fermé à mon sens. L’épée et la rose, c’est la sensation désagréable de voir un Guiraudie complètement raté ou un Rivette pas inspiré. En permanence.

     Et donc forcément, c’est interminable. Ça dure 2h15 mais j’ai l’impression de l’avoir subi dix heures. Et puis on a l’impression que ça pourrait durer une heure de plus, une heure de moins, ce serait pareil. C’est ce manque d’ossature, de structure et de finalité qui rend l’objet aussi abscons qu’arrogant. Ça m’a rappelé la grande souffrance éprouvée devant Ce cher mois d’août, de Miguel Gomes, il y a dix ans. Rien d’étonnant puisque Nicolau était assistant sur certains de ses premiers films. Je sauve quelques plans, quelques cadres et une utilisation musicale parfois étonnante, qui m’ont parfois sorti de l’ennui.

Mouk 3 !

338472744_1280x720La loi des séries.

     Toujours en référence à ce petit personnage globe-trotter qui découvre les cultures du monde entier, je repars pour ce que j’appelle maintenant « mon festival de Mouk ». Comme chaque année, l’annonce de la sélection cannoise – magnifique cette fois surtout depuis que Kechiche & Tarantino s’y sont greffés à la dernière minute – m’invite à faire mon propre petit festival maison, avec tout plein de curiosités et rattrapages.

     Cette année je m’y suis pris très tôt pour établir ma liste donc au lieu d’avoir une quinzaine de films – comme lors de mes deux premiers voyages – me voici avec le double. Trente films. Va pas falloir chômer si je ne veux pas encore y être au mois de juillet. L’avantage cette année, il est conséquent : Pas de coupe du monde. Pour moi, tout du moins.

     Il s’agit donc d’une sélection de films sortis uniquement dans le courant de ces quinze dernières années. Des films que j’avais ratés en salle ou d’autres qui végètent sur mes étagères / dans mon ordinateur ou des films dont j’avais à peine entendu parler. Dans ce lot hétéroclite, j’attends beaucoup du dernier film du défunt Kiarostami, mais aussi du second film live de l’auteur du super Dernier train pour Busan. Je trépigne à l’idée de retrouver des films de Naomi Kawase et Tsai Ming-Liang que je n’ai jamais vus. Sans attente particulière, je suis curieux de voir ceux de Joao Nicolau ou Pawel Pawlikovski, qui ont tous deux fait un film que j’apprécie. J’attends moins Amat Escalante, Nabil Ayouch, Gustavo Hernandez ou Alex de la Iglesia, mais sait-on jamais.

     Du docu italien au film d’animation émiratis, des 13 minutes du Nemes aux 4h11 du Diaz, les genres et durées varient. Il y a du  long, du très long, du court, du très (très) court. J’essaierai d’en voir un (ou deux) par jour et d’en parler rapidement. Et à l’issue je ferai mon palmarès.

     Comme d’habitude, le choix du film à voir sera déterminé par tirage au sort, effectué très sérieusement par mes deux petits garnements.

Voici donc la sélection complète :

  1. ALLEMAGNE : Sophie Scholl les derniers jours, Marc Rothemund, 2005, 116min
  2. ANGLETERRE : 2 years at sea, Ben Rivers, 2015, 88min
  3. ARGENTINE : Historia del miedo, Benjamin Naishtat, 2014, 85min
  4. AUSTRALIE : Cargo, Ben Howling & Yolanda Ramke, 2018, 104min
  5. CANADA : Starbuck, Ken Scott, 2012, 108min
  6. CHILI : Le bouton de nacre, Patricio Guzman, 2015, 82min
  7. COREE DU SUD : Psychokinesis, Yeong Sang-Ho, 2018, 101min
  8. DANEMARK : Hijacking, Tobias Lindholm, 2013, 110min
  9. EMIRATS ARABES UNIS : Bilal, Khurram Alavi & Ayman Jamal, 2018, 105min
  10. ESPAGNE : El bar, Alex de la Iglesia, 2017, 102min
  11. GRECE : Limbo, Konstantina Kotzamani, 2016, 30min
  12. GUATEMALA : Ixcanul, Jayro Bustamente, 2015, 100min
  13. HONGRIE : With a little patience, Laszlo Nemes, 2007, 13min
  14. INDE : B.A.Pass, Ajay Bahl, 2013, 99min
  15. IRAN : 24 frames, Abbas Kiarostami, 2017, 114min
  16. ITALIE : Fuocoammare, Gianfanco Rosi, 2016, 114min
  17. JAPON : Still the water, Naomi Kawase, 2014, 121min
  18. MAROC : Razzia, Nabil Ayouch, 2018, 119min
  19. MEXIQUE : Heli, Amat Escalante, 2014, 105min
  20. NORVEGE : Headhunters, Morten Tyldum, 2013, 100min
  21. PAKISTAN : Dukhtar, Afia Nathaniel, 2014, 93min
  22. PHILIPPINES : Norte, Lav Diaz, 2014, 251min
  23. POLOGNE : Cold war, Pawel Pawlikovski, 2018, 88min
  24. PORTUGAL : L’épée et la rose, João Nicolau, 2011, 130min
  25. RUSSIE : Les nuits blanches du facteur, Andreï Kontchalovski, 2015, 101min
  26. SRI LANKA : Let her cry, Asoka Handagama, 2016, 104min
  27. SUISSE : La belle affaire, Constance Meyer, 2018, 22min
  28. TAIWAN : La saveur de la pastèque, Tsai Ming Liang, 2005, 114min
  29. TUNISIE : L’amour des hommes, Mehdi Ben Attia, 2018, 105min
  30. URUGUAY : No dormiras, Gustavo Hernandez, 2018, 106min

Au boulot !

1234

Catégories

Archives

septembre 2019
L Ma Me J V S D
« août    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche