Archives pour la catégorie Peter Sohn

Le voyage d’Arlo (The good dinosaur) – Peter Sohn – 2015

arlo-3Petit devient grand.

   5.2   Ça part d’une uchronie assez réjouissante : Il y a 65 millions d’années, la météorite qui devait heurter la Terre et faire disparaître les dinosaures, est passée non loin, en forme de grosse étoile filante. Les dinosaures ont donc survécu. Et quelques années plus tard, ils ont évolués. Ils cultivent des champs de maïs, élèvent des poules, gèrent des troupeaux de bisons. Le récit suit une famille de diplodocus dont Arlo, paradoxe à lui seul depuis la naissance, puisque minuscule dans l’œuf le plus imposant de la portée. Le grand frère est chargé des plantations, la sœur de l’arrosage et Arlo, quant à lui, faible et craintif, se voit offrir la tâche de nourrir les poules, ce qu’il ne réussit même pas puisqu’il en a peur. Arlo a peur de tout, de quoi désespérer ses parents qui instaurent l’idée de déposer une empreinte sur un silo dès que la mission de chacun est accomplie. Si le récit s’oriente doucement vers un Roi lion version dinosaures, avec la complicité père/fils et la mort brutale du père qui en découle, la suite assez prévisible au vu du titre français, sort de son îlot de références et s’avère réjouissante, au moins pour la cohabitation Hommes/Dinosaures à venir, et sa façon à l’ancienne de jouer en excellente terra cognita, avec l’émerveillement et l’émotion simple des premiers Disney/Pixar. Les volants et leur sale tête rappelle les hyènes. Les bisons évoquent les gnous forcément. Au moins autant que le passage éclair des Tyrex font penser à celui des tortues dans Némo, le Mont Trident au Grand Canyon de Up, merveille lointaine casanière et indomptable. Oui on invente clairement rien mais on retrouve une grâce notamment dans la simplicité enfantine de la relation entre Arlo et Spot, le petit homme, qui non sans évoquer celle de Simba et Timon/Pumba pourrait surtout convoquer celle de Bo et Sullivan dans Monsters Inc. Visuellement le film est très beau, très simple dans son design, couleurs et reliefs, très beau donc. Récit à obstacles, traversée initiatique, figure paternelle. Le film cumule le déjà vu avec une dynamique fructueuse. Et puis il est rigolo de voir que l’espèce qui règne, cultive et est douée de parole sont les dinosaures, quand l’homme, qui pourrait être vu comme le meilleur ami des dinosaures, aboie comme un loup et se déplace à quatre pattes.


Catégories

mars 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche