Archives pour la catégorie Roland Emmerich

Midway – Roland Emmerich – 2019

06. Midway - Roland Emmerich - 2019Le cancre.

    2.0   À l’école, chaque année, y en avait toujours un, au fond, qui se tapait des 1. En seconde je me souviens de mon prof d’histoire Mr.J. qui rend sa copie à un élève en commençant par dire « Mr G, beaucoup de progrès ! » accompagné d’un cinglant et sadique « 2″. Qu’il était con, ce prof, enfin non, il était passionné, érudit, mais tellement fier, avec ses petites saillies perverses bien suffisantes. Moi dans un autre style, j’avais eu le droit de sa part à un « Mr L, j’ai toujours eu l’irrésistible envie de vous taper ». Sympa.

     Je ne sais pas pourquoi je vous parle de ça. Ah si, parce qu’Emmerich me fait penser à cet élève qui cumulait les 1. Loin de moi l’idée de faire le prof mais je suis très content de lui remettre un 2 pour sa copie de Midway, après sa merde d’Independence day, Resurgence qui n’avait pas volé son 1.

     Midway, c’est évidemment toujours nul, car Emmerich ne sait pas raconter ni mettre en scène. On ne comprend rien à rien. L’image est une horrible bouillie numérique. Et en plus c’est un très mauvais directeur d’acteurs, ils sont tous épouvantables là-dedans. J’espérais avoir un divertissement correct mais j’ai lutté, j’ai même fini par plier mon linge devant.

     Et puis le film fait croire qu’il rend hommage aux soldats, qu’ils soient américains ou japonais, mais il ne crée jamais de personnages japonais, ils sont collés dans le décor. Donc c’est un pauvre film de propagande, qui n’a même pas le mérite d’être un nanar à la Pearl Harbor, c’est dire.

     Pourquoi 2, alors ? Probablement parce que le film est assez peu bavard, assez peu explicatif, même pas romanesque, il prend vraiment le risque du tout-action, en permanence. C’est raté mais c’est là.

     Cette année Emmerich a par ailleurs sorti Moonfall, qui était tout aussi laid, mais rigolo tellement c’était con. « Mr Emmerich, beaucoup de progrès. 3! »

Moonfall – Roland Emmerich – 2022

07. Moonfall - Roland Emmerich - 2022La lune dans le ca(ca)niveau.

   3.0   J’adore les films catastrophe. Bon, pas ceux de Roland Emmerich (quand bien même je garde un bon souvenir du Jour d’après : revisionnage imminent !) mais par curiosité un brin maso je manque rarement les rattrapages de ses films. J’avais même vu 2012 en salle, c’est dire. Alors si en plus la catastrophe se pare d’un soupçon de science-fiction, je dis banco, même si ça donne aussi Independance day.

     Ici la lune dévie de son orbite et s’apprête à plonger sur la Terre. Un trio d’astronautes embarque plus ou moins clandestinement avec une idée derrière la tête afin de sauver la Terre de la Lune. En réalité, ce bon vieux satellite est contrôlé par une intelligence artificielle un poil récalcitrante.

     Je ne saurais dire ce qui m’a le plus ennuyé. Est-ce la laideur des effets numériques ? Est-ce le nombre hallucinant d’incohérences narratives ? Est-ce l’antipathie de (presque) chaque personnage ? Est-ce le twist / flashback explicatif le plus laid, torché et ridicule de l’histoire des twist / flashbacks explicatifs ?

     Je sais en revanche ce qui m’a le plus agacé : Comment est-il possible d’offrir une introduction aussi claquée au sol que celle-là ? J’ai mal à mon Gravity. Car c’est clairement la référence. Mais Emmerich n’est pas Cuaron. Et qu’il faut se coltiner Africa, de Toto et se coltiner Patrick Wilson en train de chanter Africa, de Toto. Et pour clôturer cette intro gênante, l’apparition de « la bête » est un sommet de nullité.

     Pourtant j’avais pile envie de voir ça. Je venais de sortir de l’excellent Ambulance, de Michael Bay. La lune en plein crash, la promesse d’une gravité détraquée et d’inondations homériques suffit à attiser ma curiosité, très vite anéantie par une laideur visuelle et un gigantisme fake, cent quarante patates invisibles pour moi tant je ne crois jamais à rien et les interprètes non plus car tout est trop gros pour leurs réactions.

     La première vague est l’exemple du raté absolu, rien ne fonctionne. Je sauve le décollage de la navette de la vague de gravité. Et John Bradley aka Samwell Tarly dans Game of thrones, qui apporte une touche d’humour dans ce rôle improbable de nerd improvisé ingénieur NASA. Reste un mystère : Emmerich parvient à refaire un Independance day vingt-cinq ans plus tard, ayant exactement la même tronche. On dirait un film de 1996. Un film à l’ancienne, complètement daté. Qui l’a décongelé ?

Independence day, resurgence – Roland Emmerich – 2016

21. Independence day, resurgence - Roland Emmerich - 2016Bouse day.

   1.0   L’avantage à regarder TF1 en prime time un dimanche de temps en temps c’est qu’on obtient rapidement un flop N-2 solide. Par exemple, sur ces deux derniers mois, on avait la possibilité de voir Les visiteurs 3, Ma famille t’adore déjà, Retour chez ma mère, Batman v Superman, Camping 3 et Independence day 2. Jolie brochette ! Ça envoie du rêve, hein ?

     Je n’aimais déjà pas le premier quand j’étais gamin mais je serais malgré tout assez curieux de réessayer aujourd’hui, d’une part car c’est un genre pour lequel je peux avoir beaucoup d’affection, d’autre part car je suis certain que c’est dix fois plus regardable que cette suite affreuse. Pourquoi les blockbusters sont si moches, aujourd’hui ?

     Ce qui tient éveillé dans ce marasme : Son casting hétéroclite, qui prête plus à sourire qu’autre chose. On retrouve certains acteurs d’il y a vingt ans, ainsi Jeff Goldblum côtoie Bill Pullman. Le personnage campé à l’époque par Will Smith est lui compté pour mort : L’ingrat n’a pas voulu revenir pour pouvoir jouer dans cette daube de Suicide Squad, c’est tout ce qu’il mérite. Et on a aussi Charlotte Gainsbourg, la jeune actrice de It follows, Robert Loggia aka Lopez dans Scarface, William Fichtner aka Roger Van Zant dans Heat. Le casting est à l’image du film : C’est n’importe quoi.


Catégories

Archives

décembre 2022
L Ma Me J V S D
« nov    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche