Archives pour la catégorie Ron Howard

Solo, A Star Wars Story – Ron Howard – 2018

29. Solo, A Star Wars Story - Ron Howard - 2018Le contrebandier héroïque.

   5.5   Est-ce parce que j’en attendais rien (C’était déjà le cas de Rogue one) ou parce que Les derniers Jedi (La dernière salve en date) fut une franche déception ou parce que les avis à propos de Solo depuis sa sortie cannoise étaient carrément négatifs ? Quoiqu’il en soit j’ai pris du plaisir devant ce nouvel épisode indépendant.

     Alors c’est pas Rogue one, c’est certain, ne serait-ce que du seul point de vue de la mise en scène (Ron Howard fidèle à lui-même reste un artisan aussi médiocre qu’il est parfois efficace et transparent, comme ici) tant ce dernier était parcouru d’idées brillantes, dans ses transitions entre planètes, son ambiance suicidaire et sa limpidité ; Et aussi dans sa capacité à se relier aux trilogies de Lucas : Rogue one gagnait clairement à se situer à l’aube de l’épisode 4 jusqu’à être ni plus ni moins ce que les trois paragraphes d’ouverture de l’épisode 4 racontaient. Dans Solo on se fiche un peu de quand ça se joue par rapport à la prélogie, mais il y a quelque chose de touchant et libre dans son approche de prequel qui le rapproche de La menace fantôme, qui bien qu’il fasse partie d’une trilogie existait déjà davantage en tant que chapitre libre.

     Et c’est un épisode qui nous fait grâce de petits personnages rigolos/insupportables comme Jar-Jar ou les Porgs donc rien que pour ça, merci. C’est donc l’occasion de voir Han Solo, Lando Calrissian, Chewbacca et le Faucon Millennium bien avant leur équipée rebelle. De voir Solo faire la rencontre de Chewie dans la boue. De voir Solo croiser la route de Lando à une tablée de cartes. De voir Solo prendre les commandes du Faucon pour la première fois. Rien de vraiment inattendu mais ça fonctionne bien.

     Reste à identifier si tout le mystère qui entoure certains personnages (notamment Kira et Beckett) est pensé pour ouvrir sur l’univers étendu où si leur succin portrait relève d’une paresse d’écriture hallucinante, tant on a bien du mal à cerner chacune des motivations de leurs revirements et autres trahisons. Par ailleurs, le plus surprenant dans cette affaire c’est de voir combien le personnage de Han Solo est sacrifié (et joué par une endive niveau 5 sur l’échelle d’Hayden Christensen, enfin c’est pas Harisson Ford, quoi, mais il ne gâche rien pour autant) au profit de la relation entre Lando et son droide L3 (Le beau personnage du film, qui confirme après K2 que les épisodes indépendants soignent bien leurs nouveaux robots).

     Donc, rien de folichon mais rien de déshonorant non plus dans ce chapitre : à la limite j’aurais retiré la ridicule apparition de Maul car j’aimais bien la discrétion des clins d’œil jusqu’ici et que là, d’un coup c’était vraiment grossier, en plus d’être déroutant si l’on ne connaît pas comme moi (mais du coup je me suis renseigné) l’univers étendu et que l’on ne sait pas que Maul a survécu au sabre d’Obi-Wan. Mais pareil ça me gêne sans trop me gêner. Ça me gêne moins que plein de trucs de la prélogie, quoi.

     Et sinon y a plein d’acteurs hétéroclites là-dedans, c’est rigolo : Emilia Clarke, Donald Glover, Woody Harrelson, Phobe Waller-Bridge (Je ne pensais pas qu’on pouvait réunir Game of thrones, Atlanta, True detective et Fleebag mais ça me plait, jolie performance) ainsi que Paul Bettany, Thandie Newton et… Willow, même si bon, on sait qu’il a l’habitude des Star Wars, lui.

     Bref, c’est loin très loin d’être la purge que j’attendais. C’est bas du front, certes. Ça fait un peu sous western spatial qui fait office de Mad Max du pauvre, oui. C’est très terne du point de vue de l’image, les personnages ont une « histoire » qui tient en deux lignes, ça joue trop dans la surenchère de petites trahisons au point qu’il n’y a vite plus rien de surprenant, pourtant c’est aussi très généreux dans l’action, plus étiré dans ses séquences (celle du train, vachement bien) et moins tenté par la petite touche comique-neuneu qu’on doit désormais nécessairement se coltiner dans chaque blockbuster.

Rush – Ron Howard – 2013

14242262_10153945473707106_732370065268800837_oSad Sweet Dreamers.

   6.0   Ron Howard a touché à pas mal de genres, capable de pondre Un homme d’exception ou Willow, Apollo 13 ou Le grinch. Bref un cinéaste difficile à identifier. Le genre de type dont tu cherches inlassablement la filmo sur Wikipedia quand on te demande ce qu’il a fait. Et inversement : Ah oui c’était pas mal Les disparues, c’est de qui déjà ? Bref, un anonyme, comme le cinéma en compte finalement peu d’aussi intéressant dans leur médiocrité d’ensemble. Et ce n’est pas Rush qui va prouver le contraire, super film (du dimanche soir) de formule 1 sans vraiment l’être, sur la rivalité passionnante (l’un n’aurait pu courir sans la présence/pression de l’autre et vice-versa) et éphémère (Une seule saison, aux rebondissements improbables, bref rien à voir avec le SennaVsProst quinze ans plus tard) de Nicki Lauda (Que chacun connaît minimum de nom) et James Hunt (Que tout le monde a oublié), leur folie contraire (L’ultra précision allemande face au chien fou américain) et leur proximité avec la mort. Il y a du Backdraft (Autre super film (du dimanche soir) signé Ron Howard) là-dedans, le feu y faisant d’ailleurs une apparition brutale, marque un visage (Lauda est aussi resté dans les mémoires pour son visage brulé) transforme un championnat et stoppe la compétition entre un pilote qui voulait tout gagner (Pour montrer qu’il était capable d’échapper aux griffes de son mafieux de père) et un autre qui voulait gagner (Et perpétrer les one shot de sa vie). Ce n’est évidemment pas d’une grande finesse mise en scénique, jusque dans sa description épileptique des courses (Façon Jours de tonnerre, de Tony Scott (Autre super film du dimanche soir, décidemment) dont il reprend d’ailleurs en clin d’œil l’utilisation de Gimme Some Lovin de Spencer Davies Group) mais à titre personnel ça m’a scotché à mon canapé deux heures durant.


Catégories

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche