• Accueil
  • > Seth Rogen & Evan Goldberg

Archives pour la catégorie Seth Rogen & Evan Goldberg

The interview – Seth Rogen & Evan Goldberg – 2015

10. L'interview qui tue - The interview - Evan Goldberg & Seth Rogen - 2015Seth et James au royaume de Kim.

   5.2   Il y a quelque chose dans le cinéma de Rogen et Goldberg qui voudrait tenir dans la destruction pure et simple : des règles de la comédie, des balises scénaristiques et des conventions morales. Le dernier film de Riad Sattouf réussissait ça très bien. Eux, nettement moins.

     Rogen directeur et Franco présentateur gèrent un talk show où les invités sont conduits dans leurs retranchements et souvent poussés à la confession. En guise d’intro, l’interview d’Eminem effectuant son coming-out est plutôt drôle et originale. L’émission voudrait solliciter une interview de Kim Jong-un afin de faire péter les audiences et aussi parce que malgré son récent ultimatum nucléaire envers l’Amérique, c’est un fervent admirateur du show. Une rencontre bientôt prise en charge par la CIA qui utilise les deux zigotos pour se débarrasser du dictateur coréen au moyen d’un procédé risqué à base de cyanure. Evidemment ça va être plus compliqué que prévu.

     La cible est un dictateur à l’enfance traumatisée, puéril et inconscient qui aime honteusement à en pleurer Firework, de Katy Perry qu’il écoute en boucle dans son char d’assaut. Il y a quelque chose en lui de John Du Pont, le pouvoir planétaire en plus, la population coréenne le vénérant tellement qu’elle se persuade qu’il ne va jamais sur le trône. Certaines séquences en commun entre lui et Franco sont assez savoureuses.

     C’est loufoque, débile, pas toujours hyper inspiré (c’est le moins que l’on puisse dire) mais suffisamment jubilatoire pour ne pas ennuyer. Reste que l’objet théorique qu’était This is the end a ici complètement disparu, ne reste donc plus qu’un film de potes et de vannes, bromance scato totalement vaine. Le film est d’ailleurs à l’image de James Franco, il en fait des tonnes mais purée ce que ça peut aussi me faire marrer, parfois. Notamment la première scène à la CIA avec l’imitation porno de Franco ou celle du tigre et du missile dans le cul de Rogen.

     Ce deuxième film, sans être plus réussi, me semble plus abouti que le précédent sur la durée, moins dans la découpe, moins suffisant aussi, il assume complètement son statut de farce. Dommage qu’il ne s’en donne pas à coeur joie jusqu’au bout tant on a le sentiment que le film s’achève dans une dynamique plus cousue de fil blanc simplement parce qu’il faut finir.

C’est la fin (This is the end) – Seth Rogen & Evan Goldberg – 2013

07.-cest-la-fin-this-is-the-end-seth-rogen-et-evan-goldberg-2013-1024x680Dernière danse.

   5.3   C’est un film aussi intéressant théoriquement, sur ce qu’il raconte et symbolise de la fin d’un courant, la comédie US façon Apatow, que vain en tant que pure comédie, avec cette mécanique nombriliste et rébarbative sans grande imagination. Disons que la première partie pré-apocalypse est très drôle, tout en autodérision et blindée de méta références – l’idée géniale est de faire jouer les acteurs dans leur propre rôle, évoquant leur passé commun (Délire express, par exemple), caricaturant leurs anciens rôles ou en travaillant gentiment les caméos – puis tout se dissout progressivement avant un dernier tiers avec des monstres pas loin d’être nul. On a vraiment l’impression que la bande avait le point de départ mais qu’ils se sont égarés ensuite. Et là aussi on ne peut qu’y déceler une sorte de parallèle funeste avec le nombre de produits du même style – sauf rares exceptions – qui ne tiennent pas toutes leurs promesses, si tant est qu’elles en avaient. Du coup c’est un film important. Pour ce qu’il est, ce qu’il ferme, avec punch mais sans audace, dégommant allégrement tout ce qui l’a fondé avec comme seul crédo de tout remettre sur le compte de l’amitié. Un dernier tour de piste avec toute la bande qui bien que je ne connaisse pas encore tous leurs délires – me mettant probablement à l’écart de certains trips – fait du bien, malgré tous ses défauts et son évidente paresse créative.


Catégories

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche