Archives pour la catégorie Stéphane Demoustier

Allons enfants – Stéphane Demoustier – 2018

17. Allons enfants - Stéphane Demoustier - 2018Les naufragés couche-culotte des jardins de La Villette.

   5.5   Ce qui me séduit le plus là-dedans c’est peut-être bien le sort réservé au couple Vimala Pons / Anders Danielsen Lie perdu dans une intrigue tellement secondaire que leur histoire (passée, car on comprend qu’ils sont séparés) est à peine esquissée. On aimerait donc en savoir davantage que cette affaire de chaussures, mais la gêne qu’il affiche, les larmes qu’elle tente de masquer, c’est quelque chose de très beau, de presque garrelien, frustrant mais beau, osé dans la mesure où le cœur du film ce sont ces deux enfants – qui sont aussi les deux enfants de l’auteur dans la vie – et qu’il s’en tient : Les émois des grands, le film s’en moque. Allons enfants donne à suivre leur expérience chacun de leurs côtés (puisqu’ils se perdent lors d’une partie de cache-cache) selon un montage alterné plutôt équilibré, laissant à chacun le temps d’occuper l’espace, à chaque situation le temps de s’étirer. Il vaut mieux ne pas trop s’attarder sur le pourquoi de leur solitude/séparation, le film faisant alors vite office de procès aux nounous, gardiens, policiers, chauffeurs de taxi et plutôt donc y voir une sorte de film à hauteur d’enfant, qui tente de jouer sur la peur d’enfants (et non la nôtre d’adulte) en y parvenant plutôt bien, tout en se logeant dans la continuité errante du Petit fugitif, du Ballon rouge, de Rentrée des classes ou plus récemment du beau Takara. Il lui manque sans doute un peu de poésie, c’est tout. Le film tient par sa durée (un peu plus et ça devenait long) et la caution « trop mignon » de la petite fille. Et aussi parce qu’on y voit beaucoup le parc de La Villette. Bref, un « court » (59 minutes, tout de même) bien plus intéressant que Terre battue, le seul long de Stéphane Demoustier.

Terre battue – Stéphane Demoustier – 2014

26.-terre-battue-stephane-demoustier-2014-900x506   3.5   Qui est moins un film sur le tennis (et sur ce petit garçon) que sur Gourmet. J’en peux plus de Gourmet. Il me sort par les yeux. Sa manière de jouer, de bouger, de pleurer, de faire comme chez les Dardenne mais en plus affecté. Il me gave. Avec Tedeshi à ses côtés on a le doublé gagnant. Le film est parfois traversé par quelques fulgurances mais tout est bien trop statique et programmé pour éveiller un semblant d’intérêt. Quant à la lumineuse Vimala Pons, sa présence ne relève que de l’apparition. Elle fait du bien Ok mais c’est un peu léger, malheureusement.


Catégories

Archives

août 2019
L Ma Me J V S D
« juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche