Archives pour la catégorie Steven Spielberg

Minority Report – Steven Spielberg – 2002

11. Minority Report - Steven Spielberg - 2002L’arroseur arrosé.

   6.8   S’il est loin de faire partie de mes Spielberg préférés je lui reconnais une aisance narrative et des qualités rythmiques largement au-dessus de la moyenne. Mon problème avec Minority report et ça l’a toujours été est avant tout une gêne plastique. Je trouve le film assez laid, en fait. Loin du choc que constitua le sidérant La guerre des mondes, qui le suivra trois ans plus tard. On est davantage dans la veine AI, intelligence artificielle : Spielberg nous avait fait regretter Kubrick, là il est un peu dévoré par le matériau de Philip K. Dick. Certes ça ne l’empêche pas d’y insuffler sa personnalité, ses visions fulgurantes, son hallucinant mouvement, mais nettement moins que ça à quoi il nous a habitué et qu’il ait parvenu à reproduire dans sa sublime relecture de Tintin, qui faisait peur et qui s’avère être sa plus belle réussite depuis dix ans. Malgré tout, la profusion d’images pourrait être indigeste mais la mécanique est limpide. C’est un très beau thriller futuriste doublé d’un mélo archi noir qui gagne en densité chaque seconde et qui fonctionne toujours à merveille aujourd’hui, quinze ans après sa sortie. Ça m’a beaucoup plu de le revoir.

Les Aventures de Tintin, Le Secret de La Licorne (The Adventures of Tintin, The Secret of the Unicorn) – Steven Spielberg – 2011

14231415_10153945474087106_3887037807662539408_o« Car c’est de la lumière que viendra la lumière »

   7.8   C’est comme dans mon souvenir de cinéma d’il y a cinq ans : Toujours excellent. D’autant que je (re)lis beaucoup Tintin ces temps-ci et que je venais justement de finir Le secret de la licorne bref c’était le moment idéal pour revoir cette adaptation pleine de rythme, de couleurs et d’idée de transitions à faire pâlir bon nombre de films d’action. Spielberg se fait plaisir dans chaque plan d’une virtuosité folle et nous aussi, de voir qu’il a préservé l’origine (On retrouve quasi toutes les planches de la bande dessinée en question) tout en lui secouant la construction pour en définitive proposer une relecture de La Licorne, mais aussi des Crabes aux pinces d’or (L’épisode de la rencontre entre Tintin et Haddock) et de Rackham le rouge (Puisqu’on retrouve beaucoup de la suite de la Licorne dans le film). Bref, plaisir intégral. La séquence à Bagghar est l’un des trucs les plus jouissifs du cinéma d’action de ces dernières années. En puis je ne me souvenais pas du générique initial et je fus agréablement surpris de constater qu’il ressemble énormément à celui de l’un de mes films préférés : Chérie j’ai rétréci les gosses. Hergé serait je pense ravi de voir ce que Spielberg a fait de sa Licorne.

Lincoln – Steven Spielberg – 2013

13346811_10153718648062106_3535017521316390030_nL’ennui.

   3.0   45 Réflexions devant Lincoln, de Spielberg :

  1. 1. Soldat Ryan, le retour.
  2. 2. C’est en noir et blanc ?
  3. 3. Ah non c’est en sombre.
  4. 4. En marron/bleu, plus précisément.
  5. La vache ce plan de recul sur l’apparition de Daniel « Lincoln » Day Lewis. Très beau.
  6. Osée l’image diffractée. On se croirait presque dans un Sokurov là.
  7. Dur pour Sally Field.
  8. Il est si grand que ça Day Lewis ?
  9. C’est qui lui déjà ?
  10. J’ai l’impression que ça va être très TRÈS bavard.
  11. Ah oui, Lincoln était grand, j’avais oublié.
  12. La guerre de Sécession et moi ça fait deux, en fait.
  13. Ah j’ai trouvé, c’est le père de famille dans La rivière sauvage.
  14. C’est plan/plan ou c’est moi ?
  15. Et lui aussi je le connais, attends ; C’est le type de Deadwood, de Miami Vice, j’aime beaucoup cet acteur, il dégage un vrai truc singulier. C’est bon, je suis lancé.
  16. Mais c’est Jeanie Boulet ! Ayé, Urgences me manque.
  17. Quelle putain de voix DDL n’empêche.
  18. Je m’ennuie.
  19. Cette ambiance grenier, sous-sol, lanternes et clarté dans l’ombre commence à me gonfler.
  20. Je regarde depuis… 33 minutes. Plus qu’1h51. Bien, bien, bien.
  21. Dingue ce qui tombe dehors, pour changer.
  22. Tommy Lee Jones qui fait du Tommy Lee Jones, rien de surprenant.
  23. Tiens, c’est le mec de O’brother, je savais bien que cette tronche m’était familière.
  24. Je me fais chier.
  25. Merde, je me suis endormi.
  26. J’ai raté quoi ? Probablement quelques dialogues.
  27. On est toujours en Janvier 1865, tout va bien.
  28. Bonjour Joseph Gordon Levitt, apparemment j’ai loupé ton entrée.
  29. Belle moquette murale.
  30. Chambre des représentants, Maison blanche, chambre des représentants, maison blanche…
  31. Je m’ennuie.
  32. J’ai bien fermé la voiture ?
  33. L’élégance de DDL jusque dans les monologues, quoi. Anecdotes, histoires drôles, tout y passe.
  34. C’est une version aseptisée d’Abraham Lincoln ou c’est moi ?
  35. J’en ai marre de sentir dans chaque scène que les personnages sont convaincus de changer l’Histoire.
  36. Avais-je envie de voir un film pédagogique sur le 13e amendement ? Je ne crois pas.
  37. Adam Driver est vraiment partout ces temps-ci.
  38. Et merde, j’ai encore somnolé.
  39. Après Marion Cotillard chez Nolan et Mélanie Laurent chez Tarantino, Julie Depardieu chez Spielberg.
  40. Ah non, pas du tout en fait. Je comate.
  41. Ça sent l’assassinat hors champ cette affaire.
  42. Voilà.
  43. Belle fin quoiqu’il en soit.
  44. Générique. Enfin !
  45. James Spader !? Où ça ?

Cheval de guerre (War horse) – Steven Spielberg – 2012

cheval-de-guerre-2012-20256-1893616754   6.1   Je pensais détester. En fait, je crois que c’est le meilleur film de Spielberg depuis La guerre des mondes. C’est simple, pour moi, c’est Au hasard Balthazar avec un cheval, en temps de guerre. Spielberg n’atteint jamais le radicalisme Bressonien mais le parti pris de ne s’intéresser qu’au destin du cheval au gré des rencontres au cours de sa vie est un choix hyper culotté à mon sens. Sans compter que les 2h20 passent à une vitesse folle. Il y a une scène qui rappelle le film Joyeux noël, purée c’était nul ça. Et Spielberg dit trois fois plus de choses en cinq minutes que l’autre étron en deux heures.

E.T. l’extraterrestre (E.T. The extra-terrestrial) – Steven Spielberg – 1982

9. E.T. l’extraterrestre - E.T. the extraterrestrial - Steven Spielberg - 1982Un monde sans père.

   9.5   Je ne vais pas revenir sur le film qui à mes yeux est un chef d’oeuvre et me suit depuis ma plus tendre enfance, simplement évoquer cette quête du père vu par le prisme d’un extraterrestre qui ne m’avait jusqu’ici jamais paru aussi évidente et bouleversante. Cette connexion qui se fait progressivement entre Eliott et ET c’est celle d’un fils avec son père. Et la fin est d’une tristesse terrible (bien qu’elle soit maquillée en happy end) puisque Eliott subit un deuxième abandon, ses deux connexions ont rejoins une autre planète, son père ayant quitté, on l’apprend plus tôt, le foyer familial pour une nouvelle vie au Mexique. Les mots de la fin « I’ll be right here » sont ceux d’un père à son fils pour le rassurer de la séparation. J’ai fini dans un état indescriptible. Et puis évoquons le must du must : cette copie blu ray! Absolument MONUMENTALE !!

Les dents de la mer (Jaws) – Steven Spielberg – 1976

Les dents de la mer (Jaws) - Steven Spielberg - 1976 dans 100 jaws-facts-40th-anniversary

L’étrange créature du lac noir.

   9.4   Evoquons tout d’abord l’édition blu ray, une aubaine, tant la remasterisation est proche de la perfection. La plus belle copie dans ce format vue à ce jour. On sent que le film avait terriblement besoin de ça, d’une image à la mesure de sa beauté, avec cette première partie qui cloisonne clairement l’île d’Amity et cette seconde qui propose un horizon sans fin autour du bateau attaqué. A titre d’exemple, moi qui ai vu le film en boucle sur une vieille VHS, j’étais surpris de constater que la première séquence du film, au coin du feu, se déroule à la tombée de la nuit et non entièrement de nuit. J’ai le souvenir de pouvoir à peine discerner ce qu’il y a l’écran. La nouvelle copie est extraordinaire jusque dans les moindres contrastes.

     Jaws est sans doute l’un des tout premiers grands films à suspense, au sens blockbuster du terme, jouant habilement avec le hors-champ et l’hypothétique attaque. Durant l’une des séquences les plus étouffantes du film, Martin Brody, chef de la police, se charge de surveiller la plage d’Amity que le maire, contre l’avis de Brody, n’a pas souhaité fermer. Il fait beau, il y a beaucoup de monde dans l’eau. Deux vieilles dames font des brasses et discutent. Un chien ramène continuellement un bâton que son maître jette le plus loin possible dans l’eau. Un enfant défie les vaguelettes avec son matelas pneumatique. Deux amoureux se chamaillent. La séquence est tellement étirée qu’elle prévient d’une issue dramatique et joue beaucoup de ces espèces de rebondissements dus à l’inquiétude progressive de Brody, qui sursaute au moindre bruit singulier ou se braque dès qu’un mouvement semble suspect. Pourtant, le film n’exploite pas les facilités habituellement propres au genre, sa noirceur n’est jamais compensée, ce qui ne sera pas le cas dans les opus suivants.

     Le film est par ailleurs assez avare en attaques puisqu’il en compte seulement six dont deux hors-champ (un chien a disparu, le corps d’un pêcheur est retrouvé) et deux où l’on voit seulement la victime se débattre (la séquence d’ouverture et le garçon sur son matelas pneumatique). Il faut en effet attendre une heure de film pour voir apparaître le requin qui en deux secondes chrono renverse la barque d’un homme qu’il déchiquète aussitôt (on ne voit qu’une jambe s’échouer au fond de l’eau) tout cela sous les yeux du fils aîné de Brody, dans les eaux, tétanisé. C’est seulement après que le requin sera un peu plus visible, mais sans que le cinéaste en abuse, son maître-mot restera le hors-champ.

     Il y a donc cette fameuse deuxième partie, avec sa construction radicale, pour la simple et bonne raison que nous ne sortirons pas du bateau. Véritable tour de force en matière d’angoisse puisque les apparitions du requin, aussi brèves soient-elles, sont moins axées vers l’effet gore que sur une peur grandissante. En témoigne cette cultissime séquence où Brody, dos tourné à la mer, balance l’appât et se fait surprendre par le squale, gueule ouverte, tout près de l’engloutir. Le film joue énormément avec les cassures de rythme, endiablant la chasse, avec ses multiples procédés (ligne, harpons, barils, fusil…) avant de la laisser retomber. De la même manière, les climats se modifient, au sein du groupe. A l’extérieur, on se crie dessus et se méprise alors que dans la seule véritable séquence d’intérieur, l’ambiance est plus légère, quand Hooper et Quint se mettent à comparer leurs cicatrices.

     La dimension sociale est très intéressante : il y a comme souvent avec Spielberg l’idée de transmission de pouvoir/savoir qui chaque fois déclasse les personnages. Jurassik park aura cette écriture similaire. Ils se retrouvent systématiquement dans la peau de celui qui en sait plus avant d’être relégués derrière. Prenons Brody, il est père de famille, chef de la police et a raison de penser que c’est un requin qui attaque les touristes d’Amity Island. Il est donc très prudent, c’est en somme le héros tout tracé, celui à qui l’on peut se fier, s’identifier. Mais il sera déclassé par l’océanographe qui en connaît bien plus que lui sur la question. Il y a la très belle scène du requin-tigre où Brody affiche un sourire resplendissant, c’est la première fois où l’on se dit qu’il a tort de réagir ainsi, que ce requin est un leurre, que le vrai doit être cinq fois plus grand. Et c’est Hooper qui apporte la nuance. Et ensuite, dans ce qui sera la deuxième partie du film, à savoir la chasse au requin, un autre personnage fait son entrée, un spécialiste, un chasseur de requins, qui relègue aussi bien Brody au simple rang de spectateur obligé d’apprendre à faire des nœuds coulants autant qu’Hooper, homme de laboratoire, qui sait comment barrer un bateau de pêche parce qu’il l’a vu écrit dans un livre.

     En fait, chaque personnage perd son rang dès l’instant qu’il n’évolue plus dans son monde, et c’est paradoxalement ce qui va le sauver, ce qui le rendra plus prudent. Jusqu’à ce final terrifiant, qui voit l’ancien marine dans la gueule du squale, l’océanographe réfugié au fond de l’eau derrière des algues et Brody, qui tient bon sur le mât de l’Orca (nom du bateau, référence évidente à Moby Dick, Quint étant le nouveau Capitaine Achab) en train de sombrer (il faut rappeler que Brody n’aime pas l’eau ; Et pourquoi vivre sur une île quand on n’aime pas l’eau, lui demandera Hooper. Il n’y a que vue de la mer que l’on sait que c’est une île, répondra Brody). Il n’y a pas de vrai héros, pas de sauveur. Ce ne sont que des concours de circonstances. Les mêmes qui ont permis à Quint de survivre aux requins et aux torpilles japonaises dans le Pacifique de 1945 (l’une des plus belles scènes du film reste le monologue qu’il tient, post combat de cicatrices, racontant son expérience de cinq jours au milieu des requins, après que l’Indianapolis, sous-marin qui transportait « Little boy », dans lequel il se trouvait, ait sombré). Le chasseur de requins est englouti. L’océanographe a dû fuir sa cage et a perdu son harpon à tranquillisant. Le chef de la police aquaphobe rentre sur la terre ferme en nageant sur un radeau de fortune. Il faudrait vérifier mais je crois que l’on tient sensiblement la même répartition dans Jurassik park.

     Reste Le Maire, cas particulier, qui dès sa première apparition ne souhaite au grand jamais se méfier d’un éventuel grand blanc, lui préférant nettement d’autres causes de mort comme l’hélice d’un bateau ou la noyade, afin de préserver le tourisme. Dans le dernier plan que l’on verra de lui, il s’excusera auprès de Brody, parce que le fils de ce dernier était près d’y passer, alors que le maire n’avait pas souhaité donner son accord pour fermer les plages le jour de l’indépendance. C’est le personnage-enfant, celui au niveau de ces gosses qui enfilent un costume de requin pour faire peur aux mamies. Dans Jurassik park, ce personnage c’est le vieux qui ne se rend pas compte du danger et s’extasie devant la naissance d’un tyrannosaure.

     Il y a trois très belles séquences dans le film, très esthétisées, qui se détachent par leur atmosphère quasi surnaturelle. Il y a la sortie nocturne en mer à la rencontre d’un bateau de pêche abandonné où le cinéaste joue beaucoup d’une tension qui doit tout à la brume, à la nuit et au fait de plonger momentanément dans les eaux sombres. Pas de requin durant cette scène, pas besoin, tant l’angoisse est à son comble. Il y a aussi cette scène à la tombée de la nuit, plus avancée dans le film, où on peut apercevoir derrière Brody une source lumineuse dans le ciel, sans que l’on sache s’il s’agit d’une étoile filante. Elle apparaît deux fois, de manière d’autant plus évidente avec la nouvelle édition blu ray. C’est déjà une rencontre du troisième type. Et puis il y a aussi la mort du requin, long plan flottant qui voit le bleu de l’océan se faire progressivement recouvrir du sang du requin explosé, comme si le cinéaste faisait un adieu émouvant au monstre qu’il avait créé. C’est très beau.


Catégories

décembre 2017
L Ma Me J V S D
« nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche