Archives pour la catégorie Tom McCarthy

Stillwater – Tom McCarthy – 2021

09. Stillwater - Tom McCarthy - 2021L’américain.

   6.5   Sans doute pas aussi beau et évident que Spotlight, mais je retrouve ce classicisme souverain qui m’avait tant séduit chez McCarthy. Projet casse gueule ici dans la mesure où y avait pas plus américain que son précédent film et qu’il choisit cette fois de tourner une grande partie à Marseille entre un prologue et un épilogue situés à Stillwater, Oklahoma.

     Un père de famille (Matt Damon, impeccable, comme toujours dans ce genre de rôle) rend visite à sa fille (Abigail Beslin) incarcérée aux Beaumettes. Quand il apprend que malgré une nouvelle donne dans l’affaire les avocats ne souhaitent pas rouvrir le dossier (Sa fille ayant écopée de neuf ans pour un meurtre qu’elle nie en bloc) il prend l’enquête en main et se trouve confronté à un système juridique complexe et à une ville tentaculaire avec des codes et une langue qu’il ne maîtrise pas.

     La grande réussite du film c’est sa plongée dans ce choc des cultures. D’autant que Damon joue un prototype de l’électorat Trump, un ouvrier, bourru, casquette clouée sur la tête, récitant un bénédicité avant chaque repas et fier de posséder des armes à feu. La française avec qui il se rapproche, d’abord pour lui servir de traductrice, c’est une actrice de théâtre, incarnée par Camille Cottin. Et le cœur du film se joue dans ce choc là, dans la possibilité de faire jouer ensemble Damon & Cottin et faire qu’on y croit. Et on y croit.

     Stillwater est très réussi jusqu’au match de foot au Vélodrome. Et alors, il y a une pirouette imposante et invraisemblable. Puis le film s’embourbe dans un truc trop lourd pour lui tandis qu’on se dit qu’il aurait pu faire sans, et laisser le coupable ou la possibilité d’un coupable hors champ. Maintenant, je crois que McCarthy a pensé le film autour de son ultime scène (très belle) et ce dernier dialogue, et forcément pour y arriver il faut tout détruire. Quoiqu’il en soit j’aime bien le film globalement d’autant que je n’ai pas vu ses 2h19 passer.

Spotlight – Tom McCarthy – 2016

32. Spotlight - Tom McCarthy - 2016Marche à l’ombre.

   8.0   C’est un pur film d’investigation dans la tradition du genre, un classique avant l’heure que l’on peut d’ores et déjà ranger aux côtés de The insider ou Les hommes du président. C’est précis, limpide, passionnant, toujours dans une trajectoire homogène. Le film est à l’image de ces journalistes de l’ombre, il ne retient que la minutie de son travail, n’en dévie pas du premier au dernier plan, ne déroge jamais à ses principes – Les vies privées sont à peine voire pas du tout esquissées, les fines ellipses jamais explicatives, les témoignages des victimes sans raccourcis flashback. Le film s’inspire de faits réels, ce scandale survenu à l’aube des années 2000, mettant en cause l’Eglise et trente années de ses nombreux crimes pédophiles, jusqu’ici toujours dissimulés. Il va suivre les recherches scrupuleuses d’une division du Boston Globe, nommée Spotlight, qui va se plonger dans cette affaire une année durant avant de pondre son article bien senti. Le film n’héroïse rien, n’érotise rien. Il s’en tient à son programme concret d’observation d’une sphère qui enchaine les rencontres avec les victimes, les infructueux appels téléphoniques, les allées et venues entre bibliothèque, bureau et archives. Et le cast est remarquable : Rachel McAdams, Michael Keaton, Liev Schreiber, Mark Ruffalo, Brian d’Arcy James, Stanley Tucci, John Slattery. Aux petits oignons.


Catégories

Archives

juin 2022
L Ma Me J V S D
« mai    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche