Page d'archive 182

Home – Ursula Meier – 2008

Home - Ursula Meier - 2008 dans Ursula Meier SIC-Home

     5.2   Je suis resté un peu sceptique au départ, sur cette histoire de famille qui vit au bord d’une autoroute dont l’ouverture est imminente, car je voyais le sujet caricatural au possible, au moins pour ses personnages, finalement pas trop (bon on a quand même l’ado rebelle et l’ado intello hein!) mais surtout c’est la mise en scène qui fait oublier les quelques imperfections. Car le récit lui se suit mais s’essouffle. Heureusement Ursula Meier ne s’arrête pas là. La fin est surprenante. Par extension on pourrait même penser que Meier convoque Haneke, en réalisant le versant positif du film Le Septième continent. Bien entendu ça n’en atteint pas la puissance, la tension et la beauté froide, mais bon c’est quand même déjà pas mal, et c’est un film qui se démarque.

Aguirre, la colère de dieu (Aguirre, der Zorn Gottes) – Werner Herzog – 1975

Aguirre, la colère de dieu (Aguirre, der Zorn Gottes) - Werner Herzog - 1975 dans 100 41542683Le gouffre aux chimères.  

   9.8   Premier plan : les montagnes verdoyantes, une vallée mystérieuse, des conquistadors espagnols qui arpentent le chemin abrupt, suivis de leurs esclaves indiens, sous une brume étouffante. Le premier plan d’Aguirre, accompagné d’une musique ambiante très envoûtante est absolument magnifique.

     Si l’on s’en tient seulement à ce film (je ne connais pas les autres films du cinéastes allemand pour le moment) Herzog c’est un peu la rencontre de Malick (mode mineur) et de Kusturica à son meilleur. Le premier pour ce qui est de faire du naturalisme poétique contemplatif, il y a une importance évidente des éléments, l’eau et la terre, la nature, bref tous les sons naturels. Le deuxième pour son esprit décalé, justement dosé. Certaines scènes sont assez surprenantes parce que les personnages sont très excentriques. Evidemment Aguirre, l’aventurier qui a toujours l’air constipé, par ses mimiques, sa gestuelle. Cet homme qui finit de compter après avoir été décapité. L’autre qui reçoit une flèche en plein genou et imagine que c’est un rêve. C’est assez particulier puisque ce n’est pas accordé avec le reste du film. Et personnellement je me suis mit à penser que c’était une qualité. On pourrait même y voir du Coppola aussi qui peu de temps plus tard fera lui aussi son film en majorité sur un fleuve…

     Et le personnage central est fascinant. Cette épopée est d’abord dirigée par un certain Ursua. L’issue devenant catastrophique (indiens cachés dans les feuillages, décuplement des morts, perte des radeaux…) il décide qu’il faut revenir sur leurs pas. Aguirre, le second, ordonne de l’abattre. Ursua s’en sortira, et Aguirre nommera son ami comme chef de l’expédition. Tout se passera en fonction de ce personnage dictatorial, lui voudra atteindre son but, construire une nouvelle Espagne à l’Eldorado. Le dernier plan du film voyant Aguirre seul sur son radeau, croyant faire Un avec les dieux, après avoir croisé une barque esseulée dans un arbre (que le fleuve n’a pu débarquer), est absolument fabuleux, sorte d’analogie du désir de puissance, de pouvoir, d’aliénation.

Elephant – Gus Van Sant – 2003

elephant-gus-van-santDrame en sourdine.

   9.7   Sur un plan entièrement personnel, Elephant fut une très grande découverte cinématographique. Ce fut pour moi la découverte d’un genre, d’une mise en scène, d’un cinéma qui jusque là m’était encore inconnu. Elephant a changé ma vie. Du moins a-t-il changé ma perception cinématographique. C’est à partir de Van Sant que je me suis passionné pour d’autres grands qui imposent un style pouvant s’en rapprocher : Béla Tarr, Chantal Akerman, Alan Clarke, pour ne citer qu’eux.

     Elephant c’est quelques heures dans un lycée, les cours, les rencontres, les discussions, les repas au réfectoire, les longues marches quotidiennes. Une journée banale, la semble t-il répétition des jours précédents, et pourtant cette fois un drame approche. La singularité avec laquelle le film (archi court : 1h20) parvient à instaurer un climat des plus doux et angoissants est ahurissante. Dans un état de tension, d’étouffement, où les plans mobiles s’étirent, s’attardant très souvent sur le dos des personnages, en les accompagnant sur la Sonate au clair de lune de Beethoven, Gus Van Sant impose un style en marge – qui lui vaut de décrocher moult prix dont la convoitée palme d’or à Cannes.

     La réussite de ce petit bijou réside principalement dans l’agencement de ces longues séquences, qui s’entrechoquent toutes entre elles, provoquant un lien de causalité particulièrement sidérant. Une sidération d’une simplicité désarmante. Ce que Béla Tarr promet dans Satantango (la superbe scène de la jeune fille prostrée à la fenêtre du resto bar), son admirateur le reprend dans ici en le malaxant à l’infini : Montrer une scène sous plusieurs angles, que l’on soit cette jeune étudiante solitaire et exclue, ce photographe errant ou un autre. Le climat de tension s’accentue car ce que l’on voit d’un côté nous ne le voyons pas de l’autre et découvrons petit à petit certains signes provoquant le glissement jusqu’à la catastrophe.

     La légère brise matinale qui semble accueillir chacun entre les murs de ce lycée en début de film accouche dans un carnage final, une violence sourde, complètement déréalisée, sans emphase, et surtout dans une prise de distance rendant l’émotion de glace. L’alliance parfaite entre image et sons parvenant à éviter toute forme de pose. L’alchimie totale. L’état de grâce. Presque flippant tant ça paraissait improbable d’y parvenir de cette manière là. Faisant référence au massacre de Columbine, le succès de Elephant est d’autant plus important qu’il permet à Gus Van Sant de sortir un film des placards qu’il avait réalisé en 2002, un film qu’il n’avait pas sorti sur les écrans, un film qui aurait puni le cinématographe de l’un de ses plus beaux bijoux : Gerry !

Hunger – Steve McQueen – 2008

Hunger - Steve McQueen - 2008 dans * 2008 : Top 10 HUNGER%20(Steve%20McQueen)_0.previewPolyphonie de l’enfer.

   9.2   1981. Cinq ans que le gouvernement britannique a retiré le statut de prisonnier politique aux militants indépendantistes de l’IRA enfermés donc sous le joug carcéral. Ils sont maintenant reconnus criminels de droit commun. Pour s’opposer à cette décision, les prisonniers entament le « Blanket And No-Watch Protest » qui consiste en un refus d’hygiène et un refus de porter l’uniforme carcéral commun. Ils laissent leurs restes de bouffe dans un coin de leur pièce exigu qu’ils partagent à deux, ils repeignent les murs de leurs excréments, ils se débarrassent de leur pisse par-dessous la porte… leur unique moyen de s’opposer à cette loi. De cela découlent des altercations très violentes où il faut les emmener aux douches, mais à l’aide d’une matraque. Le film de Steve McQueen met parfaitement en ‘lumière’ ces lieux pourris de crasse, cette violence avec souvent une crudité telle qu’elle en devient insoutenable, au point de se demander si le cinéaste n’a pas véritablement fait souffrir ses acteurs (coups de matraques, marques rouges qui apparaissent peu à peu, tout cela en un seul plan-séquence, j’avoue que c’est douteux!). Peut-être le cachet performance rentre t-il en compte ici, mais je préfère ne pas m’attarder là-dessus, le film ayant beaucoup d’autres atouts pour les masquer par ce sentiment. Le film est une formidable passation de rôle puisqu’il commence par nous montrer le quotidien d’un surveillant de la prison avant de passer du temps avec deux hommes dans leur cellule pour terminer sur la tragique histoire de Bobby Sands. Destruction de la linéarité et des conventions de récit. C’est assez bluffant. Trois parties. Ou deux parties séparées par une (longue) transition de vingt minutes entre Bobby Sands et le père Dominic Moran – le premier expliquant au second son désir de ne plus manger jusqu’à mourir – sans nul doute la scène que je préfère. Hunger est une symphonie en quelques sortes. Une partition. En trois mouvements. Le trois c’est le chiffre du film. Trois personnages : Le surveillant, Gillen/Gerry, Bobby Sands. Trois parties : La solitude,des uns et des autres, la violence insoutenable, la découverte des lieux, les premières rencontre familiales, les discours lointain de Tchatcher ; Le dialogue entre Bobby Sands et le père Moran ; La décrépitude volontaire de Bobby. Mais revenons sur cette immense scène de dialogue : Ce qui est formidable c’est la découpe de ce dialogue. Un peu au rythme des cigarettes fumées d’ailleurs. Au début c’est la causette, le prêtre semble même se confesser. Les questions, les réponses, explosent à tout va, du tac au tac. Ensuite c’est ce pourquoi Bobby invite le père Moran. Cette grève de la faim qui semble inéluctable. Puis, dernière clope, souvenir d’enfance. Encore plus passionnant, ce sont les remarques, le ressenti du prêtre à l’égard de Bobby Sands, de son acte. Il semble à première vue moqueur, il n’y croit pas (la première grève avait foirée de toute façon). Puis il est moralisateur. Il se sert de dieu. Si dieu ne te puni pas pour ton suicide, il le fera pour ta bêtise. Dernière partie du dialogue. Qui devient un monologue : Bobby raconte l’histoire du poulain. Le prêtre ne parle plus, il ne le peut pas. Leur contradiction a des racines trop lointaines, jamais il n’arrivera à le convaincre. Bobby est un résistant, il ne restera pas les bras croisés. Le prêtre c’est l’incarnation du renoncement. Il se sert de l’argument pense à ta vie avant tout. Un peu comme une majorité d’entre nous. Hunger est d’une efficacité redoutable, tranchant comme la lame d’un rasoir, qui joue à merveille avec le son (certaines scènes sont là encore musicales : Le nettoyage de la pisse, le karscher sur la merde, bien entendu le bruit des matraques…etc.). La violence des coups de matraques répondant à la finesse des flocons de neige. L’odeur de la merde à celle de la campagne à la fin du film. Un film admirable. Très immersif, organique, on en sentirait presque cette merde murale, et surtout c’est un grand coup de poing dans la tronche de la Tchatcher, que cette grève de la fin a tout de même dû secouer…

Appaloosa – Ed Harris – 2008

Appaloosa - Ed Harris - 2008 dans Ed HarrisGoodbye, old paint.     

   5.3   Le Western est un genre désuet. Il n’empêche certains cinéastes d’encore s’y frotter aujourd’hui. Le seul piège à éviter est de ne pas tomber dans la redite voir le remake.

     Aussi, le western est un rêve de gosse. J’entends par là que chacun d’entre nous qui jouions avec des armes en toc petit, qui regardons les westerns de Ford et de Léone, chacun rêverait de faire parti d’un casting, de jouer le hors-la-loi ou le shérif. Quand on est dans le milieu il y a mieux comme rêve : réaliser son western. Ed Harris s’octroie donc un double rêve : celui de faire son film dans lequel il campe un shérif. Et grand bien lui fasse car son film est vraiment réussi. Lorgnant vers Ford et Hawks il pond un film aussi très personnel, un film dont l’issue rappellerait celle de No Country for old men des Coen. Un film aux décors somptueux agrémentés d’une histoire somme toute classique mais charmante.

     Et le pari est réussi autant du point de vue de l’intrigue que de l’ambiance. En ce qui me concerne je me suis toujours senti mal à l’aise devant un western (peut-être moins devant un Léone, l’aspect baroque, le détachement fait que l’on se fait plaisir sans pour autant craindre telle situation) parce que tout est possible du moment que l’on soit dans le village ou dans les collines. On ne sait jamais si un tireur n’est pas embusqué derrière un rocher, ou caché derrière une fenêtre. Tout peut arriver. Et Ed Harris parvient à faire ressentir cela, sans pour autant tomber dans le trop plein de situations abracadabrantes.

     Bref, c’est du divertissement comme on aimerait en voir plus souvent, digne, avec des acteurs sobres, charismatiques, des scènes clés de western qui réservent son lot de tension, de surprise. En revanche : Mais qu’est ce que Renée Zelwegger fait là ? Franchement, miscast absolu. Elle décrédibilise toute la tension romantique. Attends, il y a Mortensen et Harris en face, quand même pas dégueu, faut pas déconner quoi.

Electroma – Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo – 2007

Electroma - Thomas Bangalter & Guy-Manuel de Homem-Christo - 2007 dans Thomas Bangalter & Guy Manuel de Homem-Christo 18614647

     6.7   En somme c’est le petit frère de Gerry, épousant les paysages désertiques un peu à la manière d’un Gus Van Sant, et surtout centrant l’histoire uniquement sur deux personnages, peut-être même deux frères. A défaut de se perdre géographiquement ici ils se perdent dans leurs illusions. Daft Punk’s Electroma ce sont donc deux hommes-robots (on s’en serait douté !) qui voyagent à travers on ne sait quel désert afin d’y changer leur visage car une espèce de chambre perdue façon 2001 peut permettre de refaire le visage en le façonnant avec des traits humains. Ils l’auront leur nouveau visage, mais au prix de leur vie… Maintenant on va pas se le cacher, ce n’est pas Gerry. C’en est même très loin. Gerry étant le film proche de la perfection autant sur un plan poétique que sur celui de la mise en scène. De Gerry on sort bouleversé. D’Electroma on sort conquis, juste admiratif. Le film des DP est aussi très musical (ce qui le différencie du Van Sant qui n’est accompagné que par moment d’Arvo Part) et il évite le clip avec brio, ce qui déjà n’est pas une mince affaire quand la musique occupe facilement les ¾ du film.  Bref, c’est très bon. Et très beau. On en prend plein les yeux !

Jeanne Dielman 23, Quai du commerce, 1080 Bruxelles – Chantal Akerman – 1976

01.-jeanne-dielman-23-quai-du-commerce-1080-bruxelles-chantal-akermanDeux ou trois choses que je sais d’elle.

   9.8   Une mère et son fils habitent un appartement de la capitale belge. Lui va chaque jour au lycée. Elle reste à la maison et vit de baby-sitting et de prostitution. En outre, le mari n’est plus, depuis six ans. Leur journée est programmée comme une horloge : Jeanne réveille Sylvain le matin avant de lui servir le petit déjeuner ; elle fait la vaisselle une fois que celui-ci est parti ; elle allume le poste radio chaque soir lorsque son fils lit et qu’elle tricote ; chaque fois qu’elle quitte une pièce elle se doit d’éteindre la lumière avant d’en allumer celle de la pièce dans laquelle est entre.

     Le film commence à l’heure où Jeanne prépare le dîner (son fils arrivera plus tard) en attendant son client hebdomadaire (il dira « à la semaine prochaine »). 1h30 plus tard, le film aura fait une boucle : 24 heures. Jeanne prépare à nouveau le dîner, on sonne à la porte, elle ouvre, débarrasse le client de ses frusques superflues et l’emmène dans sa chambre.

     Le choix de démarrer le film à cet instant n’est pas le fruit du hasard. C’est après la venue de cette autre personne qu’il semble se produire un premier dérèglement dans la routine de Jeanne. Sans doute que l’homme a davantage pris son temps par rapport aux autres, par rapport à ses habitudes, qu’importe, une chose est sure, quelque chose a perturbé la jeune femme. Ses pommes de terre sont trop cuites. Il ne lui en reste plus assez pour le repas, il faut qu’elle descende en acheter. Effet boule de neige, ce petit contretemps aura des répercussions sur le quotidien et la personnalité de Jeanne. Et l’on sait maintenant à quel point elle est attachée à sa routine. Le nombre de détails de ce dérèglement est absolument passionnant. Jeanne fera tomber une brosse, incident mineur, mais peu coutumier. Ou bien Sylvain lui fera remarquer qu’elle est décoiffée, la jeune femme n’ayant pas eu le temps de s’occuper de ses cheveux, perturbée par le changement du temps.

     Le dérèglement à son paroxysme le lendemain matin lorsque le réveil de Jeanne sonne une heure plus tôt. C’est dès lors sans nul doute le véritable déclencheur d’une prise de conscience d’une aliénation refoulée qui conduira Jeanne à l’implosion, l’apogée se trouvant évidemment dans cette chambre de prostitution, la boucle est bouclée, dans la plus cruelle des libérations morales. La précision chirurgicale des plans, tous fixes. La réflexion sur la répétition, sur le temps. Les ellipses narratives mesurées. Une Delphine Seyrig incroyable. Un travail sonore hors norme. Des cadrages d’une justesse insolente. Chantal Akerman réussit tout ce qu’elle entreprend. Fascine durant près de quatre heures. C’est tout simplement l’un des plus beaux et douloureux films que je connaisse. C’est absolument sidérant. Chef-d’œuvre absolu !

Promets-moi (Zavet) – Emir Kusturica – 2008

promets-moiLes bruits d’Emir.

   1.7   Ma réaction à chaud dès ma sortie du ciné : déjanté, assourdissant, épuisant. Evidemment avec Emir faut pas s’attendre à autre chose, mais à ce point là! Le principal souci de ce film c’est que ses qualités sont paradoxalement ses défauts : Il y a de l’énergie mais finalement beaucoup trop, il y a de l’imagination finalement limitée, en fait on se lasse de tout assez vite car tout est utilisé dans l’excessif. C’est un film qui fonctionne comme un feu d’artifice : Y a du bon y a du mauvais, et il y a un bouquet final. Encore faut-il aimer les feux d’artifice! En plus la trame ressemble à son précédent film, du coup c’est sans surprises. Il serait donc bon monsieur Kusturica de passer à autre chose, car l’époque « Le temps des gitans » est très loin. Et mon dieu que c’est vulgaire, et réac par dessus le marché. Beurk.

Be Kind Rewind – Michel Gondry – 2008

Be Kind Rewind - Michel Gondry - 2008 dans Michel Gondry bekindrewindpic3      2.6   Autant j’accroche, je partage, j’admire, je vie les rêves de Lynch, autant ceux de Gondry m’empêchent de dormir. « Eternal sunshine » était une belle idée, même un beau film, mais exploitée maladroitement de manière complexe jusqu’à épuisement. Avec « La Science des rêves » et maintenant « Be Kind rewind » on a juste le sentiment d’arriver dans une soirée, à délires non partagés, dans laquelle on n’est pas invités! Pas de doute Gondry est un grand rêveur mais ces rêves sont trop personnels et puérils pour que l’on s’y attache. Et que dire cinématographiquement ici ? Bah pas grand chose. C’est tellement mauvais. Alors on se rabat sur le spectacle. Mais comble du désespoir : c’est même pas drôle!

     C’est pas tant la démarche qui est condamnable ici, on rend hommage au cinéma en quelques sortes. Puisque l’histoire en deux mots c’est que ces trois personnes (cf photo) tiennent un vidéo-club dans lequel les cassettes ont récemment toutes été éffacées suite à un accident provoqué par Jack Black, qui a le cerveau magnétisé! Le but, refaire tous les films à la demande des clients pour ne pas fermer boutique. Problème : Sos Fantômes, Le roi lion ou Rush Hour sont déjà des merdes à la base, alors en voir des remakes, c’est juste pas possible quoi! Bref, c’est un fourre-tout indigeste qu’à coup sûr je ne rembobinerai pas!

Je, tu, il, elle – Chantal Akerman – 1976

44Portrait d’une enfant déchue.

   7.6   Chantal Akerman n’a que 24 ans lorsqu’elle réalise Je, Tu, Il, Elle, l’histoire d’une jeune femme, jouée par elle-même, plongée dans une phase de trouble sentimental provoquant un anéantissement moral progressif, que la jeune cinéaste qualifiera de « cri de désespoir muet proche du hurlement ».

     Son film est scindé en trois parties bien distinctes, mais on pourrait aussi le découper en quatre. La première partie est vouée au cloisonnement. Le Je : Une jeune femme s’enferme dans une pièce, bouge les meubles, repeint les murs, s’habille, se déshabille et mange du sucre pour ne pas succomber de famine. Le Tu : Elle occupe son temps à écrire une lettre, probablement destinée à la personne qu’elle aime – on suppose une relation délicate – et cela durant un mois. Très souvent les plans sont fixes, la caméra ne sortira pas de cette pièce, même si par moment, dans un angle bien précis, on peut entrevoir l’extérieur, exempt de vie.

     La deuxième partie c’est la rencontre avec le camionneur. Le Il : La jeune femme est prise en stop, s’arrête avec le routier dans des bars, des restos avant que celui-ci ne lui raconte sa vie sentimentale et qu’elle l’est masturbé une fois hors champ. Long monologue en plan fixe où l’homme nous (lui) apprend qu’il s’est détaché de toute vie de famille, concevant dorénavant le plaisir des rencontres comme sexuel et fugace, mais non constructif.

     La troisième partie c’est le retour chez une amie. Le Elle : Accueillie froidement, l’hôtesse offrira de quoi manger à notre héroïne itinérante avant qu’elles ne se laissent aller à un échange sexuel, fondé sur le désir pulsionnel, fusionnel, que Chantal Akerman nous offre, en trois plans fixes durant en tout vingt minutes, avec beaucoup de grâce et de pudeur.

     Je, Tu, Il, Elle a quelque chose de flamboyant, mais en même temps de très sombre, et joue à merveille avec cette idée de juxtaposition silences/voix off/monologue. C’est passionnant. Et je ne suis pas loin de crier au chef-d’œuvre ! En réalité, je crois que je suis amoureux de Chantal Akerman. Je la trouve sublime. Radieuse. Elle me fascine. L’intensité de son oeuvre, de son visage, de son regard.

1...180181182183184185

Catégories

avril 2017
L Ma Me J V S D
« mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche