Page d'archive 2

Blue – Apichatpong Weerasethakul – 2018

40. Blue - Apichatpong Weerasethakul - 2018Une flamme dans mon cœur.

   7.0   En 12 minutes, le mec te pond une nouvelle merveille, dans la lignée de son Phantoms of Nabua. Il y a une toile qui dévoile un double décor qui change à l’infini dans un éternel relais/recommencement. À côté une femme est allongée sur un lit dans une couverture bleue, et il y a bientôt un feu de bois, dehors, qui se reflète aussi bien sur la femme que sur la toile. C’est d’une douceur inouïe, d’une richesse et d’une poésie de chaque plan. Et une fois de plus c’est la matière sonore qui donne son identité au film, le rend au moins aussi percutant que les images qui l’accompagnent. Aux lointains bruits de la jungle, d’abord, répond bientôt ce crépitement magnifique. Une fois de plus sidéré de voir que les films du thaïlandais, qu’ils s’étirent sur deux heures ou dix minutes, ont le pouvoir secret de nous embarquer si loin.

Le livre d’image – Jean-Luc Godard – 2018

39. Le livre d'image - Jean-Luc Godard - 2018Film sonore.

   6.0   Chaque fois avec Godard j’ai la sensation que son nouveau film m’échappe encore plus que le précédent. Et c’est aussi pour cette raison que ça me plait, m’intrigue, me fascine : Il n’y a rien aujourd’hui qui ressemble de près ou de loin à un film de Godard, et forcément quelques secondes devant l’un de ses films suffisent à savoir qu’on est chez Godard et pas ailleurs, aujourd’hui plus encore qu’avant. Le livre d’image n’est que montage puisqu’il n’est composé uniquement ( ?) d’images existantes : de films, parfois les siens, de reportages, de documents, le plus souvent dans une colorimétrie nouvelle ou comme si on avait pioché directement sur le négatif. C’est un vrai film testament et finalement peut-être plus un livre sonore qu’un livre d’image tant cette matière n’avait encore été traitée de la sorte chez Godard. Je pense que je garde une nette préférence pour Adieu au langage, mais c’est peut-être parce que je l’ai vu en salle. Godard en salle c’est quelque chose.

Ghostland (Incident in a Ghostland) – Pascal Laugier – 2018

41. Ghostland - Incident in a Ghostland - Pascal Laugier - 2018« Flotter dans l’air trop lourd, du presque rien »

   2.0   Aussi mauvais que The secret était raté et Martyrs impressionnant. Comme Aja (qui aura au moins offert un magnifique remake d’un film de Craven) Laugier n’était en réalité qu’un feu de paille, l’auteur d’une réussite, un essai douteux certes, mais original, costaud, prometteur – ça sortait tellement du lot que je n’avais jamais vu autant de gens sortir d’une séance en cours.  Avec Ghostland il ne reste plus que des grosses ficelles, des filles qui souffrent, grimacent, s’égosillent, des visages tuméfiés, et des jump scares à n’en plus finir, d’autant plus ridicules qu’on les voit venir à des kilomètres. Laugier refait donc La maison des mille morts en le citant d’entrée de façon très subtile avec cette gamine qui sur la pas de la porte lâche « C’est la maison de Rob Zombie, ou quoi ? » bref, c’est nul. Autant qu’il fasse directement de la parodie – comme Aja avec Piranhas – dans une ambiance à la Massacre à la tronçonneuse, pourquoi pas. Car là ça fait mal de le dire mais purée je me suis fait tellement chier. Ça m’a laissé de marbre, comme l’est le visage de Mylène Farmer, qui joue donc comme un fer à repasser. Alors y avait peut-être un truc méta à tirer dans cette histoire de fille qui écrit des histoires horrifiques pour ne pas devenir cinglée mais même pas, en fait. Ça autant que le reste, n’a aucun intérêt.

Pentagon papers (The Post) – Steven Spielberg – 2018

28. Pentagon papers - The Post - Steven Spielberg - 2018Cinquante nuances de gris.

   5.0   Cette année aura été parfaitement représentative de la schizophrénie cinématographique de Spielberg puisqu’il aura offert deux films : Une récréation geek et un cours d’histoire. Ils sont tous deux évidemment bien plus que cela, mais c’est étonnant de voir à quel point ils s’opposent, dans le traitement, la portée, le public visé. The Post est donc resté plus confidentiel, davantage destiné au circuit critique on va dire, jouant la carte de la reconstitution, celle des années 70 en s’attaquant au récit des Pentagon papers, scandale qui aura tout juste précédé celui du Watergate.

     C’était pas Lincoln et ses ambiances amorphes de bougies dans la pénombre mais les bureaux grisâtres de The post sont à peine plus passionnants. Avec Le pont des espions, Spielberg m’avait impressionné, là il me déçoit à nouveau. En fait, Pentagon papers rate tout ce que réussissait Spotlight (Pour ne pas citer encore Les hommes du président) à mes yeux : A trop vouloir saluer cette mission quasi suicide pour la liberté de la presse contre Nixon et admirer cette imposante figure féminine dans ce monde éminemment masculin, il en oublie de créer de beaux personnages, qui feraient oublier un emballage formel un peu chiant.

     C’est un film très précis, consciencieux, mais c’est aussi un film qui manque de chair, de passion, d’émotion tout simplement. Tout est déceptif là-dedans, de bout en bout. On regarde ça comme on lit une riche brève politique, bien écrite. C’est intéressant, mais pas suffisamment passionnant pour ne pas avoir envie de jeter un œil sur la rubrique sportive d’à côté. Et c’est d’autant plus beau que Spielberg nous l’offre, cette rubrique détente. Avec ses défauts, Ready player one n’aura emmené beaucoup plus loin. Bref, c’est encore la récréation qui l’emporte, pour moi. Spielberg professeur m’aura souvent embarrassé, mais ça reste un maestro du divertissement absolu.

Fleuve noir – Erick Zonca – 2018

08. Fleuve noir - Erick Zonca - 2018Les rivières grasses.

   3.5   Je ne sais pas. Je suis partagé. D’un côté je trouve ça complètement raté, grotesque, presque pitoyable même. Et d’un autre côté, j’ai l’impression que le film est intéressant pour ça, noir, mais plus drôle que noir ; sur joué, mais plus joué bizarrement, que sur joué. Duris est pas si mal car son registre est plus large, plus libre. Cassel est épouvantable, mais comme s’il cherchait ouvertement à l’être. C’est très bizarre. Je pense pas qu’il m’en restera grand chose, d’ailleurs il m’en reste déjà plus rien, mais je suis sorti de là avec une impression de film très bizarre, ce qui est toujours mieux que d’y rester complètement indifférent.

Downsizing – Alexander Payne – 2018

DOWNSIZINGDownrising.

   3.0   La prochaine fois que Payne veut nous concocter un autre film neuneu de la sorte, pas la peine de prendre une aussi excitante situation de départ dans laquelle je fonce, bêtement – Pas si bêtement cela dit, puisque je n’ai pas vu ça en salle. Dingue de ne rien faire d’un matériau si riche qui regorge de possibilités, de récits, de genres – Jack Arnold et Joe Johnston peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Alors pour combler ici, ça y va du message humanitaire, écologique, anti-Trump mais c’est aussi subtil que du Michael Moore. Aussi subtil que le jeu de Christopher Waltz qui cabotine encore plus que d’habitude. Si, c’est possible. Autrement on peut d’ores et déjà dire qu’au top des affiches les plus insupportables, celle de Downsizing serait bien classé sur l’échelle de celle d’En liberté ! Matt Damon faisant 12cm accompagné de superlatifs/calembours bon enfant du style « Une réussite de taille » ou « Laissez-vous réduire » purée. C’est honteux. La première demi-heure est pas trop mal ceci étant, il y a des promesses, mais déjà, la scène de la séparation est très mal fichue. Puis ça devient vite nul. Et ça dure 2h15. Vu trois films d’Alexander Payne à ce jour, trois guimauves. J’arrête les frais.

Le jeu – Fred Cavayé – 2018

09. Le jeu - Fred Cavayé - 2018Dîner entre cons.

   2.5   Deuxième fois cette année, après la daube d’Axelle Lafont, qu’un personnage demande ce que signifie le mot MILF. En 2018. Bref, comme prévu dans ce qui semble être le remake d’un film populaire italien, il y a zero mise en scène là-dedans. Je ne comprends décidément pas ce qui motive Cavayé – qui avait honorablement commencé avec Pour elle ou A bout portant – à œuvrer dans la danyboonerie (Radin !) ou cette comédie franchouillarde dans la lignée du Prénom ou du Code a changé. Le dîner de cons aurait mieux fait d’être le dernier de cette vague de films ultra théâtraux. Qu’importe, ce n’est même pas une question de mise en scène, de huis clos ou de pièce de théâtre, c’est tout simplement qu’on ne croit jamais à la possibilité que cette bande d’amis soit une bande d’amis. Dès lors, plus grand-chose ne fonctionne. Ce n’est pas drôle quand ça voudrait l’être et ce n’est surtout pas émouvant dans ses instants plus « dramatiques ».

Ocean’s 8 – Gary Ross – 2018

23. Ocean's 8 - Gary Ross - 2018Les filles pas vraiment sauvages.

   4.0   Quelle paresse ! Ça se regarde sans mal, évidemment, c’est même un honnête programme du dimanche soir, mais ça manque tellement de personnalité, se contentant de surfer sur la vague des films de la trilogie Ocean (efficaces quoique déjà relativement anecdotiques, à mon humble avis) de Steven Soderbergh, en l’imitant correctement, ni plus, ni moins. Plus gênant : Le film semble revendiquer son statut féministe, au détour de son casting, de son effet d’annonce en mode « attention, spin-off féminin » mais aussi de quelques répliques, pourtant il ne cesse d’avouer, sans vraiment le dire donc, que les garçons manquent, sacralisant comme il se doit Danny Ocean aka George Clooney, frère de la nouvelle chef de groupe, mais aussi enterré, sans qu’on sache s’il l’est vraiment – Petit suspense vain, je tiens à le dire. Et finalement on se dit que c’est sans doute parce que cet opus « pas pareil, seulement sur le papier » est réalisé par un homme – Et un mini tâcheron, puisqu’il a fait cette daube d’Hunger games et l’insipide Free state of Jones. Même pour Wonder woman, Hollywood avait eu le mérite de coller une femme aux commandes du bousin, quoi. C’est toujours sympa, malgré tout, de voir autant d’actrices dans un même film et relativement amusant de jouer à repérer la pelleté de caméos. Mais bon, pas de quoi se relever la nuit.

Une saison en France – Mahamat-Saleh Haroun – 2018

21. Une saison en France - Mahamat-Saleh Haroun - 2018Un homme qui souffre.

   5.0   Il y a de bonnes intentions (Raconter la vie en France d’un père et ses deux enfants ayant fui la république centrafricaine en pleine guerre civile) dans ce nouveau film du réalisateur tchadien, le premier qu’il tourne en France, mais tout sonne faux car on ne voit que la fabrication, les coutures, les intentions, jamais l’incarnation. Même quand le personnage est énervé (car il n’a pas obtenu son droit d’asile, donc reste sans papiers) et qu’il tape dans une poubelle et balance des pastèques par terre (Il bosse sur les marchés) ça sonne faux. C’est un détail mais c’est à l’image du film entier : Haroun n’est décidemment pas le cinéaste de la subtilité – Souvenir d’un calvaire devant Un homme qui crie. On a donc droit à une perte d’emploi, une immolation à la cour nationale du droit d’asile, une expulsion d’appartement, une traque policière, une scène au carré des indigents, des hommes qui n’arrivent plus à bander. C’est un programme certes réaliste, mais un peu lourd sur 1h30. Et tout est lourd, jusqu’à cette musique illustrative, jusqu’à la voix off du fils d’Abbas. Et ça me gêne de le dire, car une fois encore les intentions sont louables, mais les enfants sont mauvais, c’est terrible. Néanmoins, quand on finit par s’y faire et accepter qu’il est une chronique un peu terne (avec sa photographie sans relief, son récit programmatique et didactique, mais sujet de société : ce sentiment de rejet éprouvé par les migrants) on s’y attache, sans doute car le film parfois, prend le temps d’étirer ses plans, tente de débusquer une émotion, une fragilité, plutôt que de nous asséner un discours, c’est toujours ça de pris. Autrement la fin est assez réussie et l’on sent qu’Haroun a voulu y aller de son clin d’œil à Sans toit ni loi, de Varda, en suivant Sandrine Bonnaire déambulant sur cet immense terrain vague que sont les dunes de la « jungle de Calais » jusqu’au regard caméra qui nous prend à témoin. Classique mais efficace.

Takara, la nuit où j’ai nagé – Damien Manivel & Kohei Igarashi – 2018

27. Takara, la nuit où j'ai nagé - Damien Manivel & Kohei Igarashi - 2018Le blanc sommeil.

   6.0   Alors déjà, il faut aimer la neige et les marmots, sinon c’est assez insignifiant. C’est dans le dossier de presse en même temps : Damien Manivel tenait à filmer la neige, Kohei Igarashi voulait filmer un enfant. Aussi mignon soit le gamin, ce n’est pas Antoine Doinel, ni l’enfant de Rentrée des classes, ni les gamins de L’île au trésor, ni ceux de Nobody knows, il manque un peu de folie et d’aspérité, on sent que les auteurs n’ont pas voulu trop lui en demander / ne lui ont laissé aucune liberté de mouvement. Restent cette idée de film sans parole, se mariant idéalement avec le minimalisme de l’ensemble, de jolis plans, de jolies scènes : J’ai eu très envie d’aller marcher dans la poudreuse avec Takara, le long de la rivière ou des chemins de fer, balancer des boules de neige sur un miroir routier, grimper les sentiers et surplomber la ville et ses toits blancs. Si ça manque clairement de souffle, il faut parfois savoir apprécier quand le cinéma offre à écouter un village enneigé du Japon, le craquement de la neige sous une chaussure, le frottement des pattes d’un chien sur le plancher, les doux ronflements d’un enfant endormi. 

12345...240

Catégories

Archives

janvier 2019
L Ma Me J V S D
« déc    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Auteur:

silencio


shaolin13 |
Silyvor Movie |
PHILIPPE PINSON - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Playboy Communiste
| STREAMINGRATOX
| lemysteredelamaisonblanche